S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
En clair
Toutes les réponses aux questions essentielles de l’actu

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
31.07.2018 à 22 H 40 • Mis à jour le 31.07.2018 à 22 H 40 • Temps de lecture : 3 minutes
Par

n°335.Migrations: le Maroc, un partenaire risqué pour l’Europe

Alors que de plus en plus de migrants entrent en Europe via l'Espagne, l'UE pousse à des liens plus étroits avec le Maroc. Mais les experts s'interrogent sur la fiabilité d'un partenaire du pays en matière de migration, et les Marocains eux-mêmes se méfient de cette idée, rapporte la chaîne de télévision allemande DeutscheWelle (DW)

Le 30 juillet, une vidéo montrant un groupe de migrants africains sur un bateau arrivant sur une plage espagnole bondée de touristes a provoqué des remous sur les réseaux sociaux. Parallèlement, plus de 800 migrants ont tenté de passer la la clôture de l'enclave espagnole de Ceuta (Sebta) lors d’un assaut d’une rare violence. Les deux événements ont relancé un débat sur le nombre de migrants entrant en Espagne, et plus largement sur le territoire de l’Union européenne, via le Maroc, rappelle DW.


Depuis la fermeture de la Route des Balkans, où les migrants entraient dans l'UE à travers la Turquie et le sud-est de l'Europe, cette voie nord-africaine est devenue de plus en plus populaire. Selon le ministère espagnol de l'Intérieur, plus de 17 000 migrants sont arrivés en Espagne cette année, soit deux fois plus qu'en 2017. En fait, l'Espagne a dépassé l'Italie en tant que point d'entrée le plus populaire pour les migrants en Europe.


Julian Lehmann, chef de projet au Global Public Policy Institute (GPPi) à Berlin, a déclaré à DW que les migrants sont « encouragés » par l'attitude du gouvernement espagnol en matière de migration. L'Espagne est connue pour adopter une approche beaucoup moins stricte sur la question que les pays d'Europe centrale comme la Hongrie ou la République tchèque.


Lire aussi  : Les doléances de Pedro Sanchez à Mohammed VI


Comme la majorité des migrants débarquant en Espagne arrivent du Maroc, les dirigeants de l'UE veulent que le gouvernement marocain joue un plus grand rôle dans l'endiguement des flux de population. Au cours des 15 dernières années, l'UE a fait pression pour obtenir un accord qui permettrait à certains migrants arrivés sur le continent via le Maroc d'y retourner.


Selon l'expert en migration Mehdi Lahlou de l'Institut national de la statistique et de l'économie appliquée de l'Université Mohammad V à Rabat, un tel accord serait « irréaliste » pour les Marocains. Il a déclaré à DW que le Maroc n'avait pas de solides antécédents en matière d'intégration, expliquant que le taux de chômage élevé du pays alimentait les inquiétudes concernant les migrants étrangers sur le marché du travail et un sentiment général anti-migrants parmi le public. Il y a « un racisme accru contre ces migrants au Maroc par peur, concurrence et pauvreté », a déclaré Lahlou.


Néanmoins, un nombre croissant de migrants d'Afrique subsaharienne arrivent au Maroc en raison d'une « augmentation du chômage, de la désertification et des crises politiques » dans des pays comme le Tchad, le Cameroun et le Nigeria, a-t-il noté. Beaucoup de gens dans ces pays fuient aussi la violence des groupes terroristes.


Fin juin, les États membres de l'UE ont discuté d'une mesure visant à externaliser les centres d'accueil des migrants au-delà de leurs frontières vers des pays tels que le Maroc, l'Algérie et la Tunisie. Le gouvernement marocain a toutefois refusé l'initiative. « Le Maroc rejette et a toujours rejeté ce type de méthodes de gestion des flux migratoires », a déclaré le ministre des Affaires étrangères Nasser Bourita.


En 2016, l'UE a conclu un accord similaire avec la Turquie qui a vu Bruxelles remettre au gouvernement turc 5 milliards d'euros en échange de la détention de migrants dans le pays. Lehmann du GPPi a déclaré que cet argent ne couvre qu'une partie du coût d'hébergement des migrants et que l'accord n'est généralement pas populaire en Turquie.


Lehmann estime qu'un accord de migration de type turc avec l'UE serait considéré avec scepticisme au Maroc. Cependant, il a noté que la politique du pays vis-à-vis des migrants et des demandeurs d'asile s'est « considérablement améliorée » et qu'il est meilleur pour contrôler la migration que ses voisins nord-africains.


Source : DW

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite