En clair
Toutes les réponses aux questions essentielles de l’actu

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
04.07.2017 à 15 H 55 • Mis à jour le 04.07.2017 à 15 H 55
Par

n°173.Qui veut faire croire à une « cinquième colonne » du Hirak « infiltrée » au CNDH ?

Alors que la polémique enfle sur la dissémination d’extraits d’un rapport élaboré par l’instance des droits de l’Homme à la presse faisant état d’allégations de torture « crédibles » subis par des détenus du Hirak rifain, ajoutant ainsi la pression sur Driss El Yazami et ses équipes, certains articles de presse tentent de faire valider la thèse d’une fuite interne au CNDH

Le site d’information Al Aoual a affirmé, sur la base du seul communiqué du Conseil National des Droits de l’Homme (CNDH), que Driss El Yazami et Mohamed Sebbar, seraient « mécontents » et « à la recherche » de membres « infiltrés » du Hirak dans les rangs de l’instance chargée des droits de l’Homme.


Capture écran delL'article tendancieux paru ce 4 juillet dans Al Aoual faisant état d'infiltrés supposés du Hirak au sein du CNDH


Le CNDH a souligné que les conclusions et recommandations qui seront contenues dans son rapport global et final sur les événements d’Al Hoceima, seront « les seules références pour connaître son évaluation du déroulement desdits événements dans toutes leurs dimensions avec neutralité, objectivité et responsabilité ».


Réagissant au leak de conclusions préliminaires sur des allégations de torture qu’auraient subie certains détenus du mouvement de protestation d’Al Hoceima, le CNDH a exprimé, dans un communiqué son « étonnement » pour la fuite partielle de ce document « qu’il a veillé à ce qu’il soit adressé exclusivement à la partie concernée ».


Or, à aucun moment, le CNDH ne privilégie une source interne ayant fait fuiter les extraits de ce rapport qui était à la date de sa divulgation dans la presse déjà parvenu à ses destinataires au ministère de la Justice.


Ecran de fumée sécuritaire alimenté par la presse

Une source de premier plan au CNDH consultée par Le Desk évacue l’éventualité de « fuites orchestrées pour éviter l’enterrement prématuré du rapport ». « Cela est tout sauf crédible. Notre intérêt était à ce stade la confidentialité la plus totale pour laisser libre champ à la justice de décider des suites à donner. Sinon, pourquoi mettre à mal cette initiative alors que le travail est de plus inachevé ? », assure-t-elle, niant toute suspicion envers des membres de l’instance telles que rapportées par Al Aoual.


Le rapport élaboré par les deux experts a été « mis à la disposition de la partie compétente afin d’entreprendre les mesures juridiques qu’elle juge appropriées », note le communiqué du CNDH, précisant d’ailleurs que l’instance « ne peut, ni moralement ni juridiquement, empiéter sur les prérogatives de l’autorité judiciaire, comme l’ont recommandé les deux experts ».


Les allégations d’Al Aoual rejoignent étonnamment celles faites la veille par Barlamane, un site connu pour sa proximité avec les sécuritaires, qui accusait le CNDH d’être un instrument de « parties qui refusent un retour au calme dans le Rif ».


Capture écran de l'article à charge contre le CNDH paru le 3 juillet sur le site Barlamane


Une thèse non étayée et incohérente qui tente ainsi d’escamoter l’éventualité d’une opération dé-crédibilisation alors que le rapport final est en gestation, et dont les fragments fuités ont d’ailleurs aussitôt été pilonné par la DGSN d’une frappe préventive.