En off
Les confidentiels sur les cercles de pouvoir

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
24.05.2019 à 18 H 20 • Mis à jour le 24.05.2019 à 18 H 20
Par
Parti-pris

Algérie: Une nouvelle défaite pour le régime

Pour le quatorzième vendredi consécutif et le troisième depuis le début du Ramadhan, les Algériens ont manifesté massivement à travers tout le pays. Ils étaient plusieurs millions à avoir marché avec détermination contre le régime.


A Alger, la mobilisation était au rendez-vous malgré un quadrillage sans précédent de la ville et les nombreuses arrestations opérées par la police dès les premières heures de la matinée. C’est la première fois depuis le 22 février que le régime tente aussi clairement d’empêcher un bon déroulement de la marche dans la capitale. Mais les manifestants n’ont cédé ni à la peur ni à la provocation. Pacifiquement, ils ont réussi à reconquérir l’espace public et la rue. Pour les marcheurs algérois, c’était un second 22 février.


A Alger comme dans les autres wilayas du pays, les mêmes slogans ont été scandés par les manifestants : rejet de l’élection présidentielle du 4 juillet, départ des symboles du régime, refus d’une dictature militaire et exigence d’une véritable transition démocratique. Les manifestants ont surtout dit non à la feuille de route et aux fausses solutions proposées par le régime qui tente de contourner les revendications populaires pour se maintenir.


Cette semaine, les Algériens, dont la réaction était prévisible, ont eu la confirmation que le régime ne compte rien céder sur l’essentiel. La fameuse campagne anti-corruption patine, renforçant le sentiment d’une opération davantage politique que judiciaire.


Sur le plan politique, le régime résiste. Abdelkader Bensalah refuse de démissionner. Le gouvernement Bedoui continue de travailler comme un Exécutif ayant toutes les prérogatives. Même Moad Bouchareb, président illégitime de l’APN, refuse de partir, malgré les pressions exercées par son parti, le FLN, au nom de la satisfaction des revendications du mouvement populaire.


Plus surprenant encore, les partis de l’Alliance présidentielle qu’on croyait définitivement balayés par la révolution ont retrouvé de nouvelles forces. Après avoir contribué durant 20 ans au règne désastreux de Bouteflika qu’ils ont soutenu jusqu’au bout, ces partis tentent un retour à travers un soutien à l’état-major de l’armée. Cette semaine, ils ont publié simultanément des communiqués pour apporter leur soutien à Ahmed Gaid Salah.


| LIRE AUSSI : Soutien de l’Alliance à Gaid Salah : nouvelle stratégie du régime ou offre de service ? 


Dans le même temps, les espaces de liberté se rétrécissent. Les étudiants sont réprimés. Des journalistes sont malmenés par les policiers. Les médias publics renouent avec la censure et la propagande. Les figures du mouvement populaire et de l’opposition sont ciblées par toutes sortes d’accusations, notamment celles de servir des intérêts étrangers, pour les discréditer. Des conférences et des débats sont interdits…


| LIRE AUSSI : Les acteurs de la société civile dénoncent l’usage « excessif » de la violence contre les manifestants


Avant même d’avoir réussi à affaiblir le mouvement populaire, le régime renoue avec les pratiques qui ont fait sortir des millions d’Algériens dans la rue. Il donne un aperçu de ce qu’il prépare pour l’Algérie : une stabilisation autoritaire qui ferait regretter l’ère Bouteflika.


| LIRE AUSSI : Présidentielle dans six mois : une alliance contre la contestation

Revenir aux Off
En continu
Plus d'infos en continu