En off
Les confidentiels sur les cercles de pouvoir

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
28.11.2016 à 03 H 29 • Mis à jour le 28.11.2016 à 03 H 30
Par
Gala

Ali Anouzla et Aboubakr Jamaï en guest stars du POMED à Washington

Ali Anouzla, directeur du site d’informations Lakome2.com et Aboubakr Jamaï, ancien directeur du Journal Hebdo et enseignant à l’IAU Collège à Aix-en-Provence, seront le 30 novembre, à Washington, les invités du Project on Middle East Democracy (POMED) à l’occasion du dixième anniversaire de la remise des prix de l’ONG américaine, qui chaque année organise pour la circonstance un gala de levée des fonds. Ils seront accompagnés du sénateur Chris Murphy, de l’activiste tunisienne Amira Yahyaoui, de l’ancien sous-secrétaire d’Etat William J. Burns, de la correspondante de NPR au Caire Leila Fadel, de Jackson Diehl, responsable éditorial au Washington Post, du journaliste canadien d’origine iranienne Maziar Bahari, et de la journaliste égyptienne Lina Atallah, directrice de Mada Masr. POMED est une organisation non partisane sans but lucratif « qui se consacre à examiner comment les démocraties authentiques peuvent se développer au Moyen-Orient et comment les États-Unis peuvent le mieux soutenir ce processus ». Anouzla et Jamaï avaient reçu en 2014, le prix « Leaders pour la démocratie » décerné par cette même organisation. L’ex-ambassadeur aux Etats-Unis, Rachad Bouhlal avait réagi par un câble diplomatique destiné à sa hiérarchie et révélé par les fuites du compte « Chris Coleman », qui suggérait de mener des actions diplomatiques, notamment par le biais de Serge Berdugo, auprès de Stephen McInerney, directeur exécutif du POMED pour « réfuter le prix », faisant valoir « le trouble causé au Maroc et en particulier à la communauté juive de voir qu’un journaliste (Ali Anouzla, ndlr) ayant publié une vidéo faisant l’apologie du terrorisme, soit primé ».

Revenir aux Off
En continu
Plus d'infos en continu