En off
Les confidentiels sur les cercles de pouvoir

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
03.05.2017 à 19 H 48 • Mis à jour le 03.05.2017 à 19 H 48
Par
Sahara

Cargo affrété par l’OCP saisi en Afrique du Sud : les avis des deux parties

Un navire phosphatier transportant 50 000 tonnes de minerai provenant des mines de l’OCP à Boucrâa, au Sahara, et destiné à la Nouvelle Zélande, a été bloqué à Port Elizabeth après une saisie conservatoire ordonnée par la justice sud-africaine, à la requête du Polisario. L’OCP demeure confiant, tandis que la défense du Polisario compte sur l’évaluation de l’affaire sur le fond, au regard du droit international

Un navire phosphatier transportant 50 000 tonnes de minerai provenant des mines de l’OCP à Boucrâa, au Sahara, a été empêché de reprendre sa route vers la Nouvelle-Zélande, sa destination finale, après une escale de refueling à Port-Elizabeth en Afrique du Sud. Il avait quitté la rade de Laâyoune le 13 avril pour livrer un client régulier de l’Office.


L’information a d’abord été annoncée sur les réseaux sociaux avant d’être confirmée par Mohamed Soual, conseiller du président de l’OCP, Mostafa Terrab dans une déclaration à l’identique à quelques médias dont Telquel.ma et Medias24.



Pour l’OCP, il s’agit d’une « procédure normale » caractérisée par une saisie conservatoire ordonnée par les autorités judiciaires sud-africaines à la demande du Polisario.


Il ne s’agit donc pas d’une « interception » ou d’un « arraisonnement », comme ont pu l’avancer certains organes proches du Front. Serein, Mohamed Soual a expliqué à la presse que « cette saisie conservatoire est sur la forme, en attendant les arguments de l’OCP », affirmant que l’Office « agit dans le strict respect du droit international ».


Une deuxième phase du procès qui sera publique

Contacté par Le Desk, Me Gilles Devers, avocat du Polisario a lui aussi confirmé l’existence de cette « saisie conservatoire », reconnaissant une action préméditée, son client avait déjà « évoqué ce genre d’hypothèses suite à l’arrêt de la Cour de Justice européenne ».


L’avocat, qui n’est pas directement en charge de la procédure en Afrique du Sud, déclare que ses confrères de Cape Town avaient « motivé leur ordonnance ». Un juge a alors « bloqué la cargaison », « une mesure de contrainte classique sans avis préliminaire dont notification a été faite à la partie adverse qui a bien entendu la latitude de la contester ». Gilles Devers ajoute que la « procédure sur le fond est désormais enclenchée dans une deuxième phase du procès qui sera publique ».

 

Il s’agira alors de « confronter le droit international avec l’ordre juridictionnel interne de l’Afrique du Sud », qui insiste-t-il à dire, « considère le Maroc comme puissance occupante au Sahara Occidental ». Le débat juridique sera d’évaluer, selon l’avocat du Polisario, ce que « peut défendre le Maroc en ces termes, puisqu’il considère l’exploitation des ressources naturelles du point de vue de sa souveraineté sur le territoire, or cela pose un sérieux problème au vu du droit international ».


Pour Devers, et sans préjuger de la sentence, « le fait que le porte-parole de l’OCP estime que son entreprise agit dans le strict respect du droit international est présomptueux à ce stade ». Verdict dans quelques jours.

Revenir aux Off
En continu
    loading
Plus d'infos en continu