En off
Les confidentiels sur les cercles de pouvoir

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
08.11.2017 à 02 H 37 • Mis à jour le 08.11.2017 à 02 H 37
Par
Coexistence

The Economist chante les louanges d’André Azoulay

L’hebdomadaire influent The Economist a consacré un article au festival des musiques andalouses d’Essaouira, faisant l’apologie d’une « idylle entre juifs et musulmans », une « coexistence » dont « Essaouira est un exemple pour le reste de la région ».

 

« Le renouveau est l’initiative d’André Azoulay, un Juif d’Essaouira âgé de 76 ans et conseiller des rois du Maroc. Chaque automne, il organise un festival coloré de musique andalouse visant à rassembler des centaines de juifs et de musulmans pour un week-end de concerts et de dialogues. Les locaux emballent le petit stade pour regarder les chantres hébreux et les récitants du Coran chanter bras dessus bras dessous. Israéliens et Palestiniens y affluent aussi », écrit The Economist, qui cite à ce propos Azoulay : « Essaouira est ce que le Moyen-Orient était et pourrait encore être ».

 

« Aucun pays arabe n’est allé si loin comme le Maroc pour faire revivre son héritage juif. Le royaume a restauré 110 synagogues, telles que Slat Lkahal, qui a ouvert à Essaouira pendant le festival. Un centre d’études judéo-islamiques devrait ouvrir ses portes dans l’ancienne kasbah cette année. Le royaume possède également le seul musée juif du monde arabe », souligne la publication.

Revenir aux Off
En continu
Plus d'infos en continu