logo du site ledesk
En off
Les confidentiels du monde des affaires et des cercles de pouvoir

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
06.08.2022 à 01 H 01 • Mis à jour le 06.08.2022 à 01 H 01
Par
Delivery

L’Israélien Haat compte rivaliser avec Glovo et Jumia Food au Maroc

Haat

« Aujourd'hui, nous sommes une entreprise israélienne, mais nous deviendrons une entreprise internationale », a déclaré à Ynetnews le co-fondateur et PDG de Haat, Hassan Abbasi.


L’application de livraison de nourriture Haat – « apporter » en arabe moyen-oriental - prévoit de s'étendre dans tout Israël avant de s’attaquer à d'autres marchés, tels que la Cisjordanie. A l’international, elle lorgne déjà le Maroc où Glovo et Jumia Food tiennent le haut du pavé.


Haat s’étendra d’abord à la ville de Karmiel, dans le nord d’Israël, en août, après avoir fonctionné jusqu’à présent uniquement dans le secteur arabe essentiellement rural d’Israël.


L'entreprise compte 100 employés dans les villes d'Umm al-Fahm et de Haïfa, dans le nord d'Israël, et propose un service client en hébreu, arabe, anglais et bientôt en français.


Selon son vice-président des ventes et du marketing, Amir Baballah, Haat s'adresse aux communautés disposant de moins d'infrastructures, telles que les villages arabes reculés, là où les adresses personnelles sont imprécises et les systèmes de paiement par carte de crédit inexistants.


Contrairement à l'application israélienne de livraison de nourriture Wolt ou UberEats, Haat  permet les paiements en espèces et par carte de crédit, avec 80 % de son chiffre d'affaires en espèces.


L'application a été lancée juste avant l'épidémie de Covid-19, début de 2020 après qu'Abbasi, un ancien employé de Google et d'Intel, soit retourné dans sa ville natale d'Umm al-Fahm et n'ait pas été en mesure de commander une livraison dans la ville arabe.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Revenir aux Off
En continu
Plus d'infos en continu