logo du site ledesk

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
25.09.2021 à 09 H 01 • Mis à jour le 25.09.2021 à 09 H 01
Par La rédaction

Élections du 8 septembre: Transparency Maroc regrette « la persistance de pratiques illégales »

Dans un communiqué diffusé ce vendredi, l'association Transparency Maroc revient sur le processus des élections du 8 septembre dernier. « Les séquences relatives aux candidatures, à la campagne électorale, au vote et aux étapes post-vote ont particulièrement retenu l’attention de l’association », indique-t-on, ajoutant « constater, avec regret, la persistance de pratiques illégales et contraires aux valeurs de l’éthique, ayant gravement entaché ces élections ».


Il s'agit de notamment, fait-on savoir, de « la présentation par nombre de partis et leur validation par les autorités de candidatures d’anciens élus impliqués ou présumés impliqués dans des affaires de corruption et de dilapidation de deniers publics, commis dans l’exercice de leurs mandats et portées devant la justice ». Comme nous le rapportions précédemment, effectivement, plusieurs figures politiques ont été présentées durant ces dernières élections, alors même qu'ils demeurent impliqués dans des affaires de corruption ou de dilapidation de derniers publics.


« L’usage massif de l’argent pour l’achat de voix, la formation des listes de candidatures et dans les étapes post-électorales de constitution des bureaux des régions et des conseils communaux », fait aussi partie du constat de Transparency Maroc.


Et d'ajouter aussi : « L’impossibilité d’accès aux données essentielles sur les suffrages, en dehors des résultat sofficiels annoncés par le ministère de l’intérieur ». Dans sa communication rendue publique ce 24 septembre, Transparency Maroc « dénonce avec force la persistance de ces pratiques qui engagent la responsabilité des formations politiques et celle des pouvoirs publics. Elles sapent davantage la confiance du citoyen et fragilisent les institutions issues des élections ». 


On appelle par ailleurs « le pouvoir judiciaire à instruire, dans les plus brefs délais, les dossiers de corruption impliquant des élus et à ouvrir des investigations sur les pratiques illégales qu’ont connues ces élections ». Enfin, Transparency Maroc appelle aussi « les autorités à mettre à la disposition du public les informations exhaustives sur les élections conformément à l’article 27 de la constitution et à la loi 31-13, relative au droit d’accès à l’information ».

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
En continu
Plus d'infos en continu