logo du site ledesk

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
11.04.2017 à 07 H 52 • Mis à jour le 18.04.2017 à 19 H 53
Par La rédaction

11.04 – Jour 2 : l’argent propre et les grandes promesses

  • Djamel Ould Abbes, secrétaire général du FLN, lors d’une rencontre à Alger avec une délégation de la commission des relations étrangères du Congrès américain, a déclaré  : « Le FLN mène la campagne électorale avec un argent propre et avec ses propres moyens. Le FLN va bien et le président Bouteflika aussi ».
  • Mohcine Belabbas à Alger : « Le RCD garantira la quiétude et la stabilité sociale s’il obtient la majorité parlementaire. Nous proposons des solutions aux problèmes de santé, de logement, de système de retraite, de chômage et de cherté de la vie ».
  • Djamel Ould Abbes à Alger : « La réalisation d’un taux de participation de 50 % aux législatives renforcera la sécurité et la stabilité du pays ».


  • Amara Benyounes, président du Mouvement populaire algérien (MPA) à Mostaganem : « Les boycotteurs visent un coup d’État militaire et le boycott ne sert qu’aux extrémistes ». À Makra (M’Sila), il a estimé que ne pas participer au vote signifie « un retour à la décennie noire ».
  • Rencontrant une délégation du Congrès américain, Ali Benflis, président du parti Talai El Hurriyet, a expliqué les raisons de la non-participation aux législatives du 4 mai. Il a parlé de son projet de « faire sortir l’Algérie de la crise à travers un processus responsable, pacifique, consensuel et graduel ».
  • Mohcine Belabbas, président du RCD à Alger : « L’ENTV, désormais privatisée, est définitivement sortie du registre du service public. Nous avons décidé de ne pas participer au folklore qu’elle renouvelle à l’occasion des législatives ».
  • Moussa Touati, président du Front national algérien (FNA), à Chlef : « Les Français veulent que la situation politique reste telle qu’elle en Algérie, et ce, dans le but de préserver leurs intérêts ».
  • Abdelaziz Belaid, président du Front El Moustakbal (FM) à Boumerdes : « 300 000 diplômés sortent annuellement de l’université algérienne et le gouvernement n’est pas en mesure de leur assurer un emploi ». Il a plaidé pour « la moralisation » de l’action politique.

  • Belkacem Sahli, secrétaire général de l’Alliance nationale républicaine (ANR), à Tébessa : « Le cinquième parlement pluraliste ne sera pas le fait du hasard. Il sera issu du défi et la résistance des Algériens face au terrorisme durant la décennie noire ».
  • Seddik Chiheb, tête de liste du RND à Alger, a critiqué, dans une interview au journal El Hayat, Djamel Ould Abbes et Amar Ghoul, coupables d’avoir ressuscité le dossier de la création du parti d’Ahmed Ouyahia en 1997. « C’est le vide qui les a poussés à nous attaquer », a-t-il dit. Le RND avait remporté les élections législatives de 1997 trois mois après sa création.
  • Salima Ghezali, tête de liste du FFS à Alger, a animé son premier meeting électoral à El Mohammadia où elle a évoqué le rôle des syndicats et de la société civile dans « la construction de l’État de droit et la reconstruction du consensus national et populaire ». « Le FFS ne cherche pas à pousser le pays vers l’aventure », a-t-elle précisé

  • Abdallah Djaballah, de l’Union Enhada-El Adala-El Bina, a appelé, à Laghouat, les Algériens à surveiller le déroulement de l’opération électorale et « à choisir les candidats selon des critères de compétence ». Après Alger et Khemis-Miliana, un groupe de représentants de partis et de personnalités ayant appelé au boycott s’est déplacé à Mostaganem et Oran pour rencontrer les citoyens dans la rue aux fins de leur expliquer leur choix politique.
  • Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des travailleurs, a déclaré à El Eulma : « Si le PT est élu à l’APN à la majorité, il sera possible de restituer à l’État le droit de préemption et d’appliquer l’article 18 de la Constitution qui consacre comme incessible la propriété collective de la nation ». « La poursuite de la situation actuelle constituera un danger pour le pays », a-t-elle ajouté.
  • Moussa Touati à Sidi Bel Abbes : « Il est temps de prendre le pouvoir par le bulletin de vote. Acheter les voix veut dire acheter la dignité de l’électeur algérien ».
  • Abdelrazak Makri, président du MSP, à Koléa (Tipaza) : « Nous nous sommes engagés dans la course électorale pour sauver l’action politique et pour empêcher ceux qui ont la chkara et les corrompus de dominer le Parlement ».

  • Amar Ghoul, président de Tadjamou Amel El-Djazair (TAJ), a promis, à Sour El Ghozlane (Bouira), de lancer de vastes projets d’investissements agricoles et industriels dans la région des Hauts-plateaux. « Le but est de désengorger le Nord du pays, trop encombré par les nombreux projets déjà achevés ou en cours de réalisation », a-t-il souligné.

  • Ahmed Ouyahia à Souk-Ahras : « Le RND s’engage, par écrit, à réserver un quota de logements aux jeunes ». Le chef de la mission d’experts de l’Union européenne pour l’observation des législatives a déclaré à la presse à Alger : « Notre mission se limitera à une évaluation technique des élections du début jusqu’à la fin. Ce n’est pas une mission d’observation ni de surveillance ».


Ce mardi 11 avril, Ahmed Ouyahia sera à El Oued et Biskra, Louisa Hanoune à Grarem Gouga (Mila) et Constantine, Amara Benyounes à Guelma, Belaid Abdelaziz à Tébessa et Amar Ghoul à M’Sila et Batna.


Sid Ahmed Ferroukhi, tête de liste du FLN à Alger, poursuit, ce mardi 11 avril, ses rencontres de proximité à Heraoua, Ain Taya et Belouizdad.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
En continu
Plus d'infos en continu