logo du site ledesk

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
16.09.2021 à 13 H 33 • Mis à jour le 16.09.2021 à 13 H 33
Par La rédaction

A Rabat, le PJD se place dans l’opposition et dénonce l’utilisation de « l’argent haram »

Le secrétariat provincial du parti de la Justice et du développement (PJD) à Rabat a annoncé sa décision de se placer dans l’opposition au niveau de la capitale, invitant « tous les élus du parti à respecter cette décision ». Dans un communiqué publié ce mercredi, la branche du PJD à Rabat a également fait part de sa volonté de « couper la route aux corrompus et aux professionnels de la rente électorale et de faire face à toutes les manifestations de dilapidation des deniers publics, de la part de certaines créatures électorales qui s’est accaparé des sièges au sein du conseil grâce à l’argent haram (sic) et le soutien direct de certaines parties au pouvoir ».


Le PJD a noté, dans le même document, « un certain nombre de violations qui ont entaché l’opération électorale et ont altéré son intégrité, au point de laisser planer le doute sur son impartialité », citant l’exemple de l’incohérence entre les listes électorales délivrées aux partis politiques et celles exploitées dans les bureaux de vote, ainsi que la non-remise des procès-verbaux aux représentants du parti de la part de plusieurs présidents de bureaux, et le refus de dévoiler les votes obtenus par chaque parti politique.


A Rabat, la candidate du Rassemblement national des Indépendants, Asmae Ghalalou, semble être la mieux placée pour succéder au PJDiste Mohamed Sadiki, qui a dirigé la capitale de 2015 à 2021. Hassan Lachgar, fils du premier secrétaire de l’Union socialiste des forces populapires (USFP), a également déposé sa candidature. Le verdict devrait être connu ce lundi 20 septembre.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
En continu
Plus d'infos en continu