En clair
Toutes les réponses aux questions essentielles de l’actu

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
08.11.2017 à 02 H 21 • Mis à jour le 08.11.2017 à 02 H 21
Par

n°233.Pourquoi le Maroc est plus risqué que l’investment grade

Euromoney estime que le royaume ne mérite pas forcément la note BBB- stable que lui attribuent les agences de notation Fitch et Standard & Poor’s. Le pays connaît de meilleures fortunes économiques, mais un déficit budgétaire persistant, un endettement important et des risques politiques ne peuvent être ignorés, estime la publication

Deux des agences de notation ont toujours considéré que le Maroc était un emprunteur dépassant les exigences minimales requises pour être notés investment grade.


Bien que Moody’s ait toujours été en désaccord, Fitch et Standard &  Poor’s lui attribuent une note BBB- stable. Dans une certaine mesure, cette confiance n’est pas surprenante. Fitch, dans son dernier rapport, déclare : « Les notations du Maroc sont soutenues par une macro-stabilité, un bilan de politiques économiques prudentes et un déficit budgétaire inférieur à la médiane de la catégorie« BBB ».


Le tourisme demeure en hausse principalement en raison d’une croissance plus forte en Europe, et le secteur agricole rebondit. Pour 2017, le FMI prévoit désormais une croissance du PIB réel de 4,8 %, passée de 4,4 % précédemment, à un taux d’inflation réduit de 0,9 %.


L’agence de notation ajoute cependant prudemment : « Ces facteurs sont contrebalancés par des indicateurs de développement et de gouvernance faibles, et une dette publique et des déficits courants élevés par rapport aux pays pairs », un avis qualitatifs d’experts sur une série d’indicateurs clés, ce qui génère un score de risque de 46,46 à partir d’un maximum de 100 points, et un classement mondial à la 73ème place sur un total de 186 pays étudiés.


Cela signifie que le Maroc est classé dans la quatrième catégorie sur cinq, ce qui équivaut généralement à une notation de sous-investissement B- à BB + et juste au-dessus du Sri Lanka et de la Serbie, tous deux classés sous-investment grade.


L’emprunteur est à quatre points du niveau trois (investment grade), mais après avoir amélioré son score en 2014 et 2015, il est revenu plus récemment à une tendance à la baisse (contrairement à la Serbie qui continue de s’améliorer).


Le Maroc connait de nouveau une augmentation des risques. ECR


« Les réserves d’importation sont abondantes, les exportations sont diversifiées et un soutien solide à la monarchie pour maintenir la stabilité contribue encore à l’enthousiasme pour l’émission d’obligations », estime Jeremy Weltman, de Euromoney.


Cependant, cela minimise les risques. La croissance économique devrait s’atténuer l’an prochain, les déficits budgétaires et courants sont encore jumelés, le poids de la dette atteignant 64 % du PIB et un taux de chômage obstinément élevé d’un peu plus de 9 %, et davantage plus important si l’on tient compte des travailleurs non enregistrés .


Il y a des problèmes politiques à relever, soulignés par le mouvement du Hirak dans Rif, « une manifestation pacifique au nord du Maroc, qui a été accueillie par la répression sévère du gouvernement et l’emprisonnement des activistes, suscitant la crainte d’une instabilité encore plus grande », note Weltman.


La plupart des experts participant à l’enquête d’Euromoney sont optimistes quant à l’économie marocaine, mais nourrissent encore des inquiétudes, reconnaissant « la persistance d’un environnement politique délicat, la vulnérabilité à un ralentissement cyclique du commerce mondial ou une atrocité terroriste pouvant affecter directement le tourisme », ajoute-t-il.


Plusieurs ont mentionné les retards énormes dans la formation du gouvernement et des pressions pour dépenser en faveur de la paix sociale. L’économiste en chef de Macroafricaintel Rafiq Raji a déclaré : « Les perspectives de croissance économique se sont améliorées, mais les tensions persistantes dans la région du Rif constituent un risque majeur ». D’autres experts citent les faiblesses institutionnelles d’un pays tel que le Maroc pesant sur ses indicateurs de risques politiques. En outre, la coalition gouvernementale qui en résulte est fragmentée et vulnérable à l’instabilité, mettant en évidence la nature polarisée de l’environnement politique.


En octobre, le limogeage de plusieurs ministres par le roi Mohammed VI en réponse à leurs mauvaises performances au gouvernement a ouvert de nouvelles blessures, signalant une possible fracturation et reformulation de la coalition gouvernementale.


Tout cela implique que les risques d’investissement au Maroc sont négligés dans la recherche d’actifs à plus haut rendement.


Cet article est paru dans ses grandes lignes dans Euromoney Country Risk