S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
01.03.2023 à 10 H 18 • Mis à jour le 01.03.2023 à 10 H 19 • Temps de lecture : 1 minutes
Par
Frontières

La commissaire UE aux Affaires intérieures se rendra prochainement au Maroc

Le quotidien français Le Figaro a fait savoir que la commissaire aux Affaires intérieures Ylva Johansson, devrait se rendre prochainement au Maroc pour pousser la coopération avec ce pays, à l'heure où « seulement 21 % des migrants sont renvoyés dans leur pays d’origine », souligne le quotidien.


Ce mercredi, le Néerlandais Hans Leijtens, prend les rênes de l’agence européenne Frontex, en charge de la protection des frontières extérieures de l’espace Schengen, fait-on savoir.


Le Néerlandais a été nommé en décembre pour succéder à la directrice par intérim, Aija Kalnaja, occupant ce poste depuis juillet 2022 après la démission du Français Fabrice Leggeri.


Rappelons qu’en août 2021, Leggeri avait accusé le Maroc d’utiliser « l’immigration irrégulière comme une arme pour déstabiliser l’UE  ». Quelques mois auparavant, l’Union Européenne avait poussé Frontex à intervenir pour protéger les frontières espagnoles, malgré la réticence de l’Exécutif espagnol. Leggeri fera savoir plus tard, que « le Maroc déploie et a déployé énormément d’efforts en termes de gestion de la migration ».


Quant à l'ancienne directrice exécutive par intérim de Frontex, Aija Kalnaja, celle-ci avait souligné, fin octobre dernier, le rôle du Maroc en tant que partenaire « fiable et crédible pour relever les défis communs ».


En janvier, lors de son unique apparition en public devant les médias bruxellois, aux côtés de Johansson, le nouveau directeur de Frontex avait livré les grandes lignes de sa feuille de route : « Pour moi, il y a trois choses : rétablir la confiance, réorganiser la façon dont Frontex fonctionne et produire des résultats tangibles ».


Leijtens a par ailleurs promis la « transparence ». « Je ne suis pas le genre de directeur qui bâtira une barrière autour de Frontex, je veux ouvrir les portes, donc les informations que peuvent nous donner les ONG sont plus que bienvenues », a-t-il indiqué.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct