S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
En continu
Les dernières informations en temps réel

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
13.02.2023 à 11 H 33 • Mis à jour le 13.02.2023 à 11 H 46 • Temps de lecture : 1 minutes
Par
Diplomatie

La visite de Macron au Maroc reportée pour après Ramadan ? (Média)

La visite du président français Emmanuel Macron au Maroc est une nouvelle fois repoussée et ne devrait pas avoir lieu avant le 20 avril, révèle le quotidien français Le Monde.


« La visite du chef de l’Etat au Maroc, annoncée de longue date, est toujours dans les limbes en raison du peu d’empressement du royaume chérifien à l’organiser. Elle ne devrait pas avoir lieu avant la fin du ramadan, en avril », peut-on lire de la même source.


Fin novembre dernier, le média français Africa Intelligence, annonçait qu'une visite officielle de Macron serait prévue en janvier dernier. La même source avait rapporté que la cheffe de la diplomatie française, Catherine Colonna, devrait par ailleurs faire le déplacement au Maroc, pour préparer l'arrivé de Macron au Maroc.


En visite officielle au Royaume, les 15 et 16 décembre derniers, pour baliser la visite du président français et aplanir les relations entre les deux pays, Colonna avait annoncé, la fin de la crise des visas et la reprise de la coopération consulaire entre Rabat et Paris. Macron ne s'était finalement pas rendu au Maroc, comme prévu après cette visite.


La crise des visas n'étant pas le seul sujet qui envenime les relations franco-marocaines, Rabat reproche à Paris sa position ambivalente sur la question du Sahara et son tropisme récent pour le voisin algérien avec qui le Maroc est en profonde crise.


Les tensions entre Rabat et Paris ont atteint leur paroxysme, suite au vote de la résolution critique du parlement européen, très mal accueilli à Rabat. Le Maroc reproche notamment à la France d'avoir « orchestré » une campagne anti-marocaine à Bruxelles, la résolution critique étant portée par une trentaine d’eurodéputés appartenant notamment au groupe Renew Europe, mené par Stéphane Séjourné, proche de Macron.



©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Par
Revenir au direct