En off
Les confidentiels du monde des affaires et des cercles de pouvoir

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
23.10.2021 à 02 H 18 • Mis à jour le 23.10.2021 à 19 H 54
Par
Armée

Dans un contexte régional tendu, le Maroc prévoit davantage de dépenses militaires

L’Etat délie comme à l’accoutumée les cordons de sa bourse pour les dépenses militaires, mais cette fois-ci encore davantage compte tenu manifestement du contexte régional très tendu avec l’Algérie et du bellicisme du Front Polisario aux confins du Sahara.


Le budget de la Défense nationale avait déjà fait un bond de 29 %, passant ainsi de 35,1 milliards de dirhams (MMDH) en 2019 à 45,4 MMDH en 2020 pour atteindre la somme de 57 MMDH en 2021.


Si près de 111 MMDH étaient prévus au titre de l’engagement par anticipation couvrant les dépenses d’acquisition et réparation de matériel prévues durant 2021, le projet de loi de Finance (PLF) 2022 autorise, dans son article 34, une anticipation sur les crédits ouverts pour l’année budgétaire 2023 un montant engageable d’environ 115,6 MMDH.


Cet effort budgétaire est justifié par la poursuite de la part des Forces armées royales de la modernisation de leurs moyens de combat, notamment pour l’armée de l’air (Hélicoptères Apache, nouveaux F-16, drones turcs, américains et israéliens, etc.), pour les systèmes de défense anti-aérienne, l’artillerie et le renforcement des capacités de la marine. Ceci s’ajoute à l’augmentation substantielle des charges du personnel (doublement des postes budgétaires, augmentation des salaires et charges supplémentaires consécutives au service militaire).

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Revenir aux Off
En continu
Plus d'infos en continu