logo du site ledesk
En off
Les confidentiels du monde des affaires et des cercles de pouvoir

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
27.03.2022 à 13 H 59 • Mis à jour le 27.03.2022 à 14 H 11
Par
Post-Brexit

La team Jazouli à Londres pour promouvoir l’investissement au Maroc et le projet Xlinks

Présente depuis le 21 mars dernier à Londres jusqu’au 23 mars, l’équipe de Mohcine Jazouli, ministre délégué chargé notamment de l’Investissement, et chapeautant donc l’Agence Marocaine de Développement des Investissements et des Exportations (AMDIE), a mené véritable road-show pour promouvoir le Maroc auprès des investisseurs anglais.


Pour le coup d’envoi de la campagne, Mohcine Jazouli était premier de cordée, annonçant le lancement de l’initiative, en compagnie de l’ambassadeur du Maroc auprès du Royaume-Uni, Hakim Hajoui, mais aussi du patron de l’AMDIE, Youssef El Bari.


Parmi les projets mis en avant, celui de Xlinks, portant sur la connexion d’une centrale solaire de 10,5 H-GW implantée dans la région de Guelmim-Oued Noun au réseau électrique britannique à travers un câble sous-marin.


Dans ce sens, c’est Ali Seddiki qui a accordé une interview au tabloïd conservateur britannique Daily Express. Ancien directeur général chez Moulay Hafid Elalamy, étant sous la houlette de Jazouli, en tant que « M. Investissement », Seddiki n’a pas manqué de rappeler que grâce au Brexit, il existe « une énorme opportunité » de renforcement des relations avec le Maroc qui pourrait donner un coup de pouce significatif à toute une gamme d’industries britanniques, fait savoir le journal anglais.


« C’est une sorte d’accord win-win que nous voulons créer », souligne Ali Seddiki, ajoutant que le Royaume « a été l’un des premiers pays à signer un accord juste après le Brexit » et que le Maroc travaille avec le gouvernement britannique « pour améliorer l’accord ». « C’est évidemment différent maintenant que le Royaume-Uni a quitté l’Union Européenne », ajoute Seddiki. Un Brexit qui a donné la possibilité au Maroc de « continuer à établir une relation directe avec le Royaume-Uni », précise-t-il.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Revenir aux Off
En continu
Plus d'infos en continu