S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
En off
Les confidentiels du monde des affaires et des cercles de pouvoir

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
19.04.2018 à 01 H 03 • Mis à jour le 19.04.2018 à 01 H 03
Par
Islamistes

Mohamed Abbadi, guide de la Jamaâ pointe « le revers » subi par le PJD

Dans une interview accordée au site de la chaîne qatarie Al Jazeera, Mohamed Abbadi, guide d’Al Adl Wal Ihssane s’est épanché sur nombre de sujets politiques, des tensions historiques entre le mouvement islamiste banni d’Abdeslam Yacine, mais toléré par les autorités avec le pouvoir, des conséquences des Printemps arabes, de sa conception de la khilafa à l’expérience du PJD à la tête de l’exécutif. Pour lui, « les islamistes (du PJD, ndlr) ont été poussés à l’échec. Ils ne peuvent être jugés ainsi ».


« La participation des islamistes au gouvernement marocain, dans ce qu’ils appellent la réforme dans le cadre de la continuité constitue un grand revers pour ceux qui ont opté pour ce choix », « c’est un échec retentissant », a-t-il déclaré, prophétisant comme son prédécesseur le chaos du Maroc, après cette « période de stabilité » qu’il juge relative ne portant pas de « valeurs de justice ».


Abbadi a confirmé que son mouvement a participé, voire encadré certaines marches des mouvements sociaux du Rif et de Jerada, mais a récusé les accusations du ministère de l’Intérieur qui affirment qu’Al Adl Wal Ihssane les a fomentés.


Il a réitéré que le choix de la Jamaâ à ne pas participer aux institutions ne se résume pas à un refus de l’action politique. Pour lui, les mécanismes démocratiques en cours au Maroc ne sont « qu’une devanture pour l’international ».

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Revenir aux Off
En continu
Plus d'infos en continu