En off
Les confidentiels sur les cercles de pouvoir

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
02.09.2020 à 23 H 48 • Mis à jour le 03.09.2020 à 17 H 29
Par
Conflit

RAM: les pilotes soutiennent leurs collègues licenciés, une grève envisagée

Après le licenciement de 65 pilotes par la Royal Air Maroc, l’Association marocaine des pilotes de ligne (AMPL) a répliqué en demandant à ses membres de se prononcer par référendum sur plusieurs points. Voici le résultat de leur décision prélude à un préavis de grève

Fin du suspense pour les 65 pilotes licenciés par la Royal Air Maroc. Appelés à se prononcer, du lundi 31 août au 2 septembre, par référendum sur quatre points, les membres de l’Association marocaine des pilotes de ligne (AMPL) ont majoritairement (308 contre 76) choisi de soutenir leurs collègues mis à la porte.


Un des points essentiels : « Exigence de baisse des émoluments des pilotes de ligne à concurrence de l’économie sur la masse salariale induite par les licenciements et réintégration immédiate des 65 pilotes PNT licenciés ». Une exigence assortie d’une menace, validée par les pilotes lors du référendum : « En cas de refus, dans un délai fixé par le Bureau AMPL, en dépit d’un préavis de grève dont la date sera ultérieurement fixée par le bureau AMPL en fonction de l’évolution des événements et du contexte sanitaire ».


Selon nos informations, l’AMPL propose une « baisse des émoluments » de 400 millions de dirhams sur trois ans.


Deuxième résolution : « Le port du brassard à partir du 3 septembre 2020 pendant toute la durée de la crise sociale actuelle ». Selon une source à l’AMPL, le bureau de l’association « appelle les membres à sursoir au port du brassard suite à une note de service envoyée par la direction de la RAM ».


En effet, selon un courrier du 1er septembre envoyée par la direction des opérations aériennes de la compagnie nationale aux pilotes, dont Le Desk détient copie, « il est strictement interdit d’utiliser l’uniforme Royal Air Maroc en dehors des heures de services à des fins personnelles, d’en modifier ou altérer l’apparence d’une façon quelconque, ou d’y adjoindre des accessoires ou tout autre signe extérieur ». « Tout manquement à ces règles, menace la direction des opérations aériennes, est considéré comme une faute grave susceptible de sanctions ».


L’autre point tranché par les membres de l’AMPL : assigner « aux membres du bureau les tâches actuelles jusqu’à la fin de leur mandat ». Le bureau ayant vu plusieurs de ses membres licenciés, cette décision leur permettrait de continuer à remplir leur fonction jusqu’à la fin du mandat.


Revenir aux Off
En continu
Plus d'infos en continu