En off
Les confidentiels sur les cercles de pouvoir

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
29.06.2017 à 13 H 30 • Mis à jour le 29.06.2017 à 15 H 20
Par
Coopération

Said Chaou, arrêté aux Pays-Bas, sera jugé au Maroc pour trafic de drogue

Saïd Chaou a été arrêté ce mercredi 29 juin par les autorités néerlandaises, rapportent des sources diplomatiques consultées par Le Desk

Said Chaou a été arrêté ce mercredi 29 juin par les autorités néerlandaises, selon des éléments communiquées au Desk de sources diplomatiques dont voici la retranscription :


L’arrestation ce jour de Said Chaou, par les autorités néerlandaises compétentes, constitue un développement important dans le traitement de cette affaire liée au crime organisé et qui dure depuis des années.


Les nombreux contacts entre les deux parties, durant les derniers mois, et plus particulièrement au cours des derniers jours, se sont avérées concluants dans la mesure où elles ont permis de faire aboutir les procédures judiciaires et de coopération entre les deux pays.


Cette arrestation est intervenue, exclusivement, en exécution des mandats d’arrêt internationaux émis par les autorités judiciaires marocaines, depuis 2010 et à la demande d’extradition introduite en juin 2015.


  1. Chaou est accusé au Maroc de crimes graves liées à la constitution d’une association de malfaiteurs et de crime d’homicide volontaire ainsi que de délits de corruption et de trafic international de stupéfiants.


Cette nouvelle arrestation n’est donc pas liée à la procédure judiciaire en cours aux Pays-Bas, dans laquelle le dénommé Chaaou est poursuivi pour d’autres crimes et délits.


Ainsi après sept ans d’attente et pour la première fois, les requêtes marocaines sont traitées de manière sérieuse et concrète.


La réponse favorable à ces requêtes, constitue une reconnaissance de la crédibilité de la justice marocaine et de la fiabilité des accusations portées par le Maroc contre M. Chaou.


L’attitude responsable du Maroc, le bienfondé des arguments avancés et des données partagées ont permis l’obtention de ce résultat.


  1. Chaou est également poursuivi aux Pays-Bas pour des crimes graves. Ainsi, en juin 2015, il a été arrêté pour constitution de bande criminelle, trafic de drogue et d’armes. Cette affaire suit son cours et sera jugée avant la fin de l’année aux Pays-Bas.


  1. Chaou, en cavale depuis 2010, se trouve aujourd’hui face à son destin et devra répondre de ses actes.


Il avait tenté vainement de se dérober de ses crimes, en avançant des considérations prétendument politiques. Son arrestation d’aujourd’hui, le ramène à sa nature réelle de criminel notoire.


  1. Chaou sera jugé au Maroc conformément à la loi en vigueur et dans le respect des garanties requises.


Cette arrestation conforte le Maroc et les Pays-Bas dans leur engagement à combattre l’impunité et le crime organisé dans le cadre de la loi et des obligations juridiques internationales.


L’aboutissement positif de la procédure juridique entamée par la justice marocaine, serait de nature à redynamiser la coopération entre les autorités judiciaires des deux pays.


Par cette décision, les Pays-Bas ont choisi la préservation du partenariat bilatéral et le développement de la coopération entre les deux pays dans différents domaines d’intérêt commun.


Chaou ne sera pas jugé au Maroc pour ses positions politiques

Jusqu’ici La Haye avait estimé les garanties orales du Maroc comme étant insuffisantes. Selon la presse néerlandaise, un porte-parole du ministère de la Justice et de la sécurité indique que le Maroc a donné des assurances au sujet des conditions de poursuite de Chaou. Il sera jugé au Maroc sur la base de son implication présumée dans le trafic de drogue, mais pas par rapport à ses activités politiques.


Jusqu’ici les Pays-Bas avaient opposé à Rabat des exigences difficiles. Le ministère public a demandé dans ce sens son extradition devant le tribunal, qui décidera de la poursuite de la procédure qui semble déjà actée par la partie marocaine qui explique que celle-ci concerne des accusations distinctes de l’affaire jugée en Hollande.


L’avocat de  Chaou a déjà indiqué qu’il contestera l’extradition estimant que la demande d’extradition est motivée pour des raisons politiques, comme l’avait laissé entendre Rabat lors du rappel de son ambassadeur pour consultations. Chaou est derrière le M18S un groupuscule indépendantiste rifain basé à l’étranger.


Revenir aux Off
En continu
Plus d'infos en continu