En off
Les confidentiels sur les cercles de pouvoir

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
19.07.2020 à 13 H 58 • Mis à jour le 20.07.2020 à 15 H 58
Par
Banques

Une filiale internationale de Bank of Africa sanctionnée en Espagne

La Banco de España a infligé des sanctions de 900 000 euros à BMCE Bank International et de 772 500 euros à ses administrateurs pour divers manquements et lacunes de gouvernance. La décision date de fin septembre 2019 et vient d’être rendue publique sur le site de la banque centrale espagnole

La Banco de España a infligé des sanctions financières de 900 000 euros à BMCE Bank International (BBI Madrid), filiale de Bank of Africa (BOA) et de 772 500 euros à ses administrateurs après avoir détecté « des manquements au gouvernement d’entreprise et à la politique de rémunération, ainsi que des lacunes dans sa structure organisationnelle, ses mécanismes de contrôle interne et dans ses procédures administratives et comptables », a rapporté l’agence Europa Press.



La première amende se décompose en deux volets : 600 000 euros, pour « non-respect de la gouvernance d’entreprise » et en raison d’une infraction dans sa politique de rémunération et 300 000 euros supplémentaires pour notamment « insuffisances dans sa structure organisationnelle »,


Pour ces deux infractions, Radi Mahmud Hamudeh, qui occupait les fonctions de PDG a été condamné à deux amendes totalisant de 450 000 euros et a été interdit d’occuper des fonctions d’administration ou de direction dans tout établissement de crédit ou institution financière pour une durée de quatre ans.


De même, pour ces mêmes infractions, la Banque d’Espagne a infligé une amende aux administrateurs de BMCE Bank International (par ordre décroissant) Mohammed Agoumi (72 000 euros), Azzeddine Guessous (66 000 euros),Brahim Benjelloun-Touimi (57 600 euros), Jerónimo Páez López (64 500 euros), Othman Benjelloun (44 400 euros), Mohamed Bennani (12 000 euros) et Mamoun Belghiti (6 000 euros).



La décision date de fin septembre 2019 et vient d’être rendue publique sur le site de la banque centrale espagnole.


« En dépit du fait que le Conseil d’Administration de BBI Madrid et ses membres ont été trompés par l’ancien Directeur Général, la Banque d’Espagne a publié vendredi 17 juillet 2020 les sanctions pécuniaires, uniques sanctions du reste, imposées à BBI Madrid ainsi qu’aux membres de son CA, actuels ou qui avaient exercé le mandat d’Administrateur dans le passé », BBI Madrid dans un communiqué.


« Le CA de BBI Madrid – Filiale espagnole de BOA BMCE Group, a révoqué en juillet 2018 M. Radi Hamudeh, ancien directeur général, suite à des manquements et irrégularités qu’il a commis, notamment relatifs à sa propre rémunération, et dissimulés au Conseil d’Administration de BBI Madrid », rappelle-t-on.


Depuis lors, Mohammed Benchaib officie en tant qu’Administrateur Directeur Général de BBI Madrid et un plan fut élaboré et mis en œuvre permettant, aux termes de quelques mois seulement, de régulariser l’ensemble des manquements et irrégularités commis par l’ancien DG et relevés par la Banque d’Espagne, ajoute le communiqué.


« Ces manquements et irrégularités de l’ancien DG révoqué par le CA de BBI Madrid dès qu’il en a pris connaissance n’ont, à aucun moment, porté préjudice aux intérêts de la clientèle de BBI Madrid ni mis en question la situation financière ou la solvabilité de cette filiale. Ils ne mettent en cause, ni l’honnêteté ni la moralité des Administrateurs de cette filiale dont la majorité d’entre eux –  hormis les Administrateurs Indépendants –  ne perçoivent aucune indemnité au titre de cette responsabilité », précise la même source.


En effet, BBI Madrid affiche des ratios de rentabilité et de solvabilité significatifs et entretient, à travers son CA et son DG actuel, Benchaib, des relations de respect et de confiance avec son Autorité de Supervision, la Banque d’Espagne.


Revenir aux Off
En continu
Plus d'infos en continu