En off
Les confidentiels du monde des affaires et des cercles de pouvoir

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
25.09.2018 à 18 H 46 • Mis à jour le 25.09.2018 à 19 H 19
Par
Migrants

Un mort et plusieurs blessés après l’interception par la Marine royale d’un go-fast espagnol

Dans sa tentative d’intercepter l’embarcation clandestine, et devant le refus d’obtempérer du pilote espagnol, la Marine royale a fait usage de la force: une femme est décédée des suites de ses blessures à l’hôpital de M’diq. Trois autres personnes ont été aussi blessées à divers degrés par les tirs des mariniers

Une embarcation de type go-fast avec une dizaine d’émigrés clandestins marocains vient d’être arraisonnée par la Marine royale au nord du Maroc, annonce le site d’informations 2M.ma. Dans une série de tweets rapportant les faits, et citant des sources sécuritaires, le portail adossé à la deuxième chaîne de télévision, précise que l’embarcation en question était conduite par un ressortissant de nationalité espagnole.



« Dans sa tentative d’intercepter l’embarcation clandestine, et devant le refus d’obtempérer du pilote espagnol, la Marine royale a fait usage de la force », précise la même source, pour ajouter qu’une femme est décédée des suites de ses blessures à l’hôpital de M’diq. Trois autres personnes auraient été aussi blessées par les tirs des mariniers marocains. Quant au conducteur espagnol, il aurait été interpellé par les autorités marocaines.


« Une unité de combat relevant de la Marine Royale, opérant en Méditerranée, a été contrainte mardi de tirer des balles sur une embarcation rapide Go fast conduite par un individu de nationalité espagnole, qui se trouvait de manière suspecte dans les eaux marocaines, et ce après le refus d’obtempérer aux avertissements », ont confirmé les autorités locales de la Préfecture de M’diq-Fnideq. « Quatre personnes ont été blessées de degrés plus au moins graves lors de cette opération et ont été évacuées à l’hôpital provincial de la Préfecture de M’diq-Fnideq pour recevoir les soins nécessaires », ajoute un communiqué de la préfecture M’diq-Fnideq. Une enquête a été ouverte à ce sujet par les autorités compétentes, selon la même source.


Cette intervention musclée de la Marine royale intervient dans un contexte particulier. Depuis plusieurs jours, des sources médiatiques, dont notamment l’agence de presse espagnole EFE, font état de la présence au nord du Maroc, et particulièrement dans les environs de Martil, d’embarcations non identifiées, dénommées « pateras fantôme », qui proposeraient aux candidats à l’immigration clandestine vers l’Europe, des traversées du Détroit de Gibraltar, sans compensation financière.


 

Suite à des rumeurs véhiculées sur les réseaux sociaux, plusieurs jeunes marocains, femmes et hommes, se seraient rendus sur le littoral du nord pour tenter d’embarquer sur ces « pateras » pour l’Espagne, sans pour autant les croiser. Certaines sources indiquent que cette opération est le fait de mafias de l’immigration clandestine en réponse au tour de vis récemment imposé par les autorités marocaines.


L’Etat-major général des Forces armées royales a publié dimanche un communiqué annonçant que la Marine royale en collaboration avec la gendarmerie ont fait avorter une tentative d’émigration clandestine à partir de la plage de Martil, rappelle Médias24.


« Une unité combattante de la Marine royale opérant en Méditerranée a procédé dans la nuit du 22 au 23 septembre à la poursuite d’une embarcation de très grande vitesse, qui tentait de rejoindre la plage de Martil pour récupérer des candidats à l’émigration clandestine », soulignait l’armée.


La coordination entre cette unité et deux embarcations rapides de la Gendarmerie royale l’ont contrainte à prendre la fuite vers le large, ajoutait le communiqué, précisant qu’aucun candidat à l’émigration clandestine n’a pu être embarqué.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Revenir aux Off
En continu
Plus d'infos en continu