logo du site ledesk

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
20.03.2022 à 12 H 52 • Mis à jour le 20.03.2022 à 12 H 52
Par La rédaction

La Russie affirme avoir à nouveau utilisé des missiles hypersoniques

La Russie affirme ce dimanche, pour le deuxième jour consécutif, avoir utilisé des missiles hypersoniques en Ukraine, cette fois-ci pour détruire une réserve de carburant de l’armée ukrainienne dans le sud du pays. Le ministère de la Défense russe a ajouté que cette frappe s’était produite dans la région de Mykolaïv, sans toutefois préciser la date. « Une importante réserve de carburant a été détruite par des missiles de croisière Kalibr tirés depuis la mer Caspienne, ainsi que par des missiles balistiques hypersoniques tirés par le système aéronautique Kinjal depuis l’espace aérien de la Crimée », a détaillé le ministère, sans préciser la date de ce tir.


Cependant, certains experts doutent de la réalité du tir d’hier et de son utilité, aujourd’hui, contre un dépôt de carburant :



Le site The War Zone explique :« Nous nous posons des questions sur la prétendue première utilisation par la Russie de son missile hypersonique Kinzhal en Ukraine ». Puis, « Nous avions vu juste. Ce “dépôt de munitions” en Ukraine occidentale était en fait une ferme dans l’extrême Est de l’Ukraine. La cible a été détruite il y a au moins une semaine. La zone entière a été bombardée. Nous avons des images satellites pour le prouver. »


Michael Horowitz estime pour sa part : « Il y a très peu de logique militaire à l’utilisation de tels missiles contre un dépôt de carburant ( !), à moins que la Russie ne soit à court d’autres missiles. Il y a cependant une logique à envoyer un message de dissuasion aux partenaires de l’Ukraine. »

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
En continu
Plus d'infos en continu