En off
Les confidentiels sur les cercles de pouvoir

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
24.10.2019 à 17 H 53 • Mis à jour le 24.10.2019 à 17 H 53
Par
Canardage

Benabdallah: «Anass Doukkali, c’est qui ? C’est Elvis Presley ?»

Alors que des informations circulent sur l’exclusion d’Anass Doukkali, ancien ministre de la Santé du Parti du progrès et du socialisme (PPS) suite à une réunion du bureau politique dont il est membre, le 23 octobre, Nabil Benabdellah, secrétaire général du PPS n’a pas confirmé cette information, mais a en revanche fait une déclaration pour le moins iconoclaste au HuffPost Maroc  : « Nous avons d’autres préoccupations plus importantes, au sein du parti, Anass Doukkali, c’est qui ? C’est Elvis Presley ? » a-t-il répliqué…


A la même source, Benabdellah a cependant évoqué la préparation d’un communiqué spécifique à son cas « s’il est exclu ».


Le communiqué du PPS, publié à l’issue de la réunion de son bureau politique ne mentionne pas l’éviction d’Anass Doukkali. Il rapporte cependant «  avoir pris les mesures nécessaires » sur certains « aspects internes liés au parti ».


D’autres sources médiatiques dont AlYaoum24, rapportent que Doukkali avait « un délai d’une semaine pour présenter des excuses publiques », suite à ses déclarations critiquant la sortie du PPS de la coalition gouvernementale.


Le parti de Nabil Benabdallah avait fini par jeter l’éponge après de très long mois de mise au ban d’une coalition gouvernementale à laquelle il s’est accroché en vain et dont il critique aujourd’hui avec véhémence l’incohérence et le manque d’efficacité. Une décision prise à la veille d’un remaniement ministériel auquel le parti n’avait plus de chance de participer, mettant un terme à un rôle de béquille joué depuis 22 ans.


En réaction, l’ancien ministre de la Santé écarté du gouvernement El Otmani III dans un contexte de scandales à répétition touchant son département, avait annoncé le 7 octobre sa décision de quitter le bureau politique du PPS, mais avait insisté pour dire qu’il comptait croiser le fer avec Benabdallah lors du prochain congrès.

Revenir aux Off
En continu
Plus d'infos en continu