En off
Les confidentiels sur les cercles de pouvoir

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
24.08.2019 à 02 H 30 • Mis à jour le 25.08.2019 à 14 H 06
Par
Scandale

Hicham Nejmi, n°2 de la Santé, entendu par la police dans un fait divers à Agadir

Le secrétaire général du ministère de la Santé et membre du RNI a été entendu puis relâché par la police suite à la défenestration d’une jeune femme qui occupait une chambre voisine à la sienne dans un hôtel à Agadir. La victime a été transférée dans une clinique de la ville pour recevoir des soins intensifs. Une enquête a été ouverte pour déterminer les circonstances du drame dans lequel le Pr. Hicham Nejmi pourrait être impliqué

Le Pr. Hicham Nejmi, secrétaire général du ministère de la Santé et membre du RNI, a été entendu ce vendredi par la police pour son implication éventuelle dans un grave incident au Tivoli, un établissement hôtelier d’Agadir, rapportent plusieurs sources médiatiques.


Vers 7 heures du matin, une jeune femme (Hind R.) s’est défenestrée d’une chambre de l’hôtel où le haut fonctionnaire se trouvait en sa compagnie, assurent les mêmes sources, sans établir s’il s’agit d’un acte volontaire ou suscité, évoquant cependant une dispute. Souffrant de fractures légères et de contusions diverses, la jeune femme âgée d’une trentaine d’années, a été transférée en urgence à l’hôpital régional Hassan II puis à la clinique Tilila, selon nos sources, où elle demeure sous surveillance médicale. Sa chute, du deuxième étage, a fort heureusement été amortie par un auvent en toile cirée, indiquent-elles.


Entendue par la police, Hind R. qui était, selon les mêmes sources, en état d’ébriété au moment du drame, a pu cependant témoigner en citant la présence à ses côtés du n°2 du ministère de la Santé. Nejmi avait précipitamment quitté les lieux du drame avant d’être convoqué et interrogé par la police, ont rapporté diverses sources locales proches de l’enquête. Elles ajoutent que la victime occupait avec une autre jeune femme une chambre voisine de celle de Nejmi qu’il aurait aussi réservée. Tous les trois auraient, la veille, passés une grande partie de la soirée dans un lieu de divertissement, assurent-elles.


Un autre scénario est cependant avancé par la presse proche du RNI : Il aurait été entendu par la police en qualité de simple témoin de la scène. Sa présence sur les lieux étant présentée comme fortuite. Cette version des faits lui prête ainsi un tout autre rôle dans l’affaire. Celui-ci serait intervenu pour porter secours à la victime après une tentative de suicide à laquelle il serait totalement étranger… 


L’enquête ouverte pour éclaircir les circonstances exactes de cette affaire, notamment pour déterminer s’il s’agit d’un accident, d’une tentative de suicide ou d’un acte potentiellement criminel, se poursuit. Le système de vidéosurveillance de l’hôtel a été mis à contribution.


Après sa déposition à la police accompagné de son épouse pour attester ses dires, le secrétaire général du ministère de la Santé est depuis libre de ses mouvements, assure-t-on. La DGSN n’a pas communiqué à ce sujet.


Hicham Nejmi, 46 ans, a été nommé à la tête du secrétariat général du département de la Santé en avril 2018. Il a remplacé à ce poste stratégique Abdelali Alaoui Belghiti, limogé en novembre 2017 suite au rapport de la Cour des comptes sur le programme « Al Hoceïma, Manarat Al Moutawassit ».


Praticien réputé mais clivant, Nejmi, qui avait dirigé auparavant le CHU de Marrakech, fait partie de la garde rapprochée du ministre Anass Doukkali pressenti pour quitter le gouvernement lors du prochain remaniement gouvernemental annoncé par le roi Mohammed VI. Le n°2 du ministère est considéré quant à lui comme l’un des ministrables short-listés par Aziz Akhannouch pour prétendre à la succession de Doukkali sous les couleurs du RNI… 

Revenir aux Off
En continu
Plus d'infos en continu