En off
Les confidentiels sur les cercles de pouvoir

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
28.04.2018 à 16 H 18 • Mis à jour le 28.04.2018 à 16 H 20
Par
Panama Papers

Marocaine otage à Dubaï: la justice émirienne déboute Nicolas Kouchnir, son ex-mari français

Nicolas Xavier Kouchnir, ex-mari de la franco-marocaine Yassmina Flaiou cité dans le scandale de Panama Papers, a été débouté par la justice de Dubaï alors qu’il réclamait l’application d’un article de loi inspiré de la charia islamique pour obtenir la garde de leurs deux enfants. La France continue de faire la sourde oreille à cette affaire, tandis que Abdelkrim Benatiq, ministre des MRE, qui avait promis de la prendre en main, n’a pas tenu ses promesses. Les détails

Le tribunal de première instance de Dubaï a rendu un jugement plein de sens jeudi 26 avril 2018 en déboutant Nicolas Xavier Kouchnir, ex-mari de la franco-marocaine Yassmina Flaiou cité dans le scandale de Panama Papers, de sa demande de retirer la garde de ses deux fils de 12 ans et 13 ans à son ex épouse.


Kouchnir avait initié en début d’année une plainte auprès de la justice dubaïote demandant l’application d’un article de loi inspiré de la charia islamique disposant que la garde des enfants de sexe masculin doive revenir au père dès qu’ils atteignent l’âge de 11 ans. La demande a été rejetée et la garde des deux enfants Kouchnir attribuée à leur mère jusqu’à l’âge de la majorité, 21 ans aux Emirats Arabes Unis. Cette décision s’est basée entre-autres sur une expertise psychiatrique faite à la demande de la cour de Dubaï qui a fortement remis en doute les capacités de Kouchnir à élever ses fils de façon saine et équilibrante.


Le juge a requis une neuropsychologue diplômée en France et exerçant à Dubaï, spécialiste des dérives comportementales dans le couple et en particulier dans les couples mixtes, qui a reçu les époux Kouchnir en thérapie les deux années qui ont précédé leur divorce afin de produire un rapport d’expertise sur la personnalité et la santé mentale des deux parents. Ce rapport d’expertise souligne que Yassmina Flaiou qui présente une personnalité saine et une santé mentale stable a été victime durant son union avec son ex-époux d’abus émotionnels et économiques et d’un comportement tyrannique.


Nicolas Xavier Kouchnir. FB


L’expertise psychologique de Kouchnir établit toutefois que ce dernier présente les symptômes qui caractérisent le trouble de la personnalité du pervers narcissique. « Je ne peux décrire mon soulagement auprès avoir vu mon calvaire reconnu par la justice, c’est une grande victoire. Même si mon ex mari continue d’intenter des recours en justice en France et à me harceler, un grand pas a été franchi », confie Yassmina après que le jugement ait été rendu public. Selon Isabelle Nazare Aga, psychothérapeute et auteure de « Les manipulateurs sont parmi nous », 2 % à 3 % de la population seraient atteints de cette pathologie particulièrement destructrice pour les personnes qui subissent des pervers narcissiques. Parmi les principaux symptômes de la perversion narcissique, le déni de la réalité et de sa propre pathologie et le fait de croire ses propres mensonges.


Les psychothérapeutes ne s’y trompent probablement pas. Car dans le cas de Nicolas Kouchnir, même l’enquête menée par Le Desk révélant ses avoirs cachés à l’étranger dans le cadre de l’enquête internationale des Panama Papers sera non seulement niée, mais utilisée de façon tout à fait maladroite contre son ex épouse. En effet, Kouchnir, cité à la fois à titre familial et personnel parmi les 15 alsaciens qui figurent dans la liste des Panama Papers, a fait une demande en référé auprès de la justice française pour réduire le montant de la pension alimentaire qu’il est condamné à verser à ses deux fils à 300 euros par mois pour les deux, en plus des frais scolaires. Si la somme peut paraître à juste titre dérisoire pour un père possédant un compte aux Bahamas, ce montant ramené au niveau de vie à Dubaï est inférieur au salaire moyen d’une femme de ménage.


Racisme ordinaire

La défense de Kouchnir en la personne de Me Alexandre Boiche ne se risque d’ailleurs pas à répondre aux documents produits par Le Desk, mais se contente de brandir un argument douteux renvoyant Le Desk à sa marocanité, comme si cela suffisait à le discréditer : « toute la vacuité de l’argumentaire de Mme Flaiou repose dans le fait qu’elle se réfère uniquement à une enquête d’un journal en ligne marocain sans qu’aucune garantie n’existe sur l’origine des informations fournies », assène Me Boiche dans ses conclusions dont Le Desk détient copie.


Faut-il lui rappeler ici que Le Desk est partenaire de l’International consortium of investigative journalists (ICIJ) et qu’à ce titre il a eu accès aux données des Panama Papers pour cette affaire et pour tant d’autres ? Mais peut-être que pour cet avocat français ne peut s’y résoudre, préférant se complaire dans un racisme ordinaire qui voudrait qu’un média marocain ne serait pas en mesure d’être associé à une enquête mondiale d’une telle envergure…


Du côté des autorités marocaines, le ministre délégué chargé des Marocains résidant à l’Etranger et des Affaires de la Migration, Abdekrim Benatiq, qui avait personnellement rencontré Yasmina Flaiou lors d’une visite officielle aux Emirats Arabes unis et s’était engagé à prendre en main son dossier n’a plus donné suite à sa parole… 


Quant aux autorités françaises, elles continuent à faire la sourde oreille à cette affaire qui implique deux enfants mineurs français. « J’ai écrit à tout le monde, de l’ambassadeur de France aux Emirats, M. Ludovic Pouille, au président de la République Monsieur Emmanuel Macron. A ce jour, des mois après mes courriers, je n’ai toujours pas reçu de réponse », affirme Yassmina.


Le 1er Mars 2018, la députée de la 11e circonscription des Français établis hors de France sous l’étiquette La République en Marche, Anne Genetet a reçu la communauté française à l’Alliance Française de Dubaï. Yassmina Flaiou qui l’a interpellée sur la situation de ses fils s’est vu répondre que Mme Genetet était là principalement pour s’occuper des problèmes liés à la réinstallation en France des expatriés et aux résidences secondaires en France des Français résidant à Dubaï. La députée a tout de même répondu à Flaiou que « ces problèmes de couple et de divorce étaient bien tristes et qu’elle allait peut-être en parler à la Première dame ». Le sort d’une famille française retenue en otage à Dubaï ne serait donc pas du ressort de l’Etat français, mais du ressort de l’épouse du président…


« Cela fait bientôt quatre ans que ma liberté de mouvement et cette de mes fils est entravée, dans l’indifférence complice de la France. Je compte porter plainte contre l’Etat français qui n’a jamais réagi face aux préjudices que mes enfants ont subis », confie Flaiou. Si la justice émirienne a tranché en faveur de cette mère et de ses fils, la justice française continue d’ignorer le calvaire de deux enfants mineurs et de leur mère sans cesse renvoyée à sa marocanité.

Revenir aux Off
En continu
Plus d'infos en continu