En off
Les confidentiels du monde des affaires et des cercles de pouvoir

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
25.10.2021 à 00 H 26 • Mis à jour le 25.10.2021 à 00 H 26
Par
Blanchiment de capitaux

Mise à jour de la liste grise du GAFI: le Maroc toujours inclus

Le Groupe d’action financière (GAFI), organisme intergouvernemental de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme, a il y a quelques jours sa liste grise de pays dont les efforts ont été jugés insuffisants. Le Maroc y est toujours listé, après y avoir été placé en février dernier comme nous le rapportions. Ce classement intervenait alors que le Maroc venait tout juste de sortir de la liste grise des paradis fiscaux établie par l’Union Européenne… 


Parmi les huit points qu’on demandait au Maroc d’améliorer, on retrouve le rôle de l’Unité de traitement du renseignement financier (UTRF), à qui on demandait d’allouer les ressources financières et humaines nécessaires afin de renforcer leurs capacités, faisait-on savoir.


C’est chose faite depuis quelques semaines, après la publication au Bulletin officiel du décret relatif à l’Organisation de l’Autorité nationale du renseignement financier (ANRF), toujours rattachée à la chefferie du gouvernement et remplaçant l’UTRF. On soulignait que la mise en place de cette instance fait suite aux recommandations contenues dans le rapport d’évaluation mutuelle du système national de lutte contre le blanchiment de capitaux, le financement du terrorisme et la prolifération des armes émis par le Groupe d’action financière pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord.


Autre réforme engagée afin de renforcer la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terroristes : la création d’un registre public des bénéficiaires effectifs des sociétés créées au Maroc, qu’on placera auprès du département des Finances.


Pour cette nouvelle mise à jour de la liste grise du GAFI, si le Maroc y figure toujours, deux pays ont réussi à en sortir : le Bostwana et l’Île Maurice, tandis que trois autres font leur entrée : le Mali, la Turquie et la Jordanie, placés sous surveillance en raison des lacunes et déficiences relevées. La liste noire, comprenant l’Iran et la Corée du nord, demeure inchangée.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Revenir aux Off
En continu
Plus d'infos en continu