En off
Les confidentiels du monde des affaires et des cercles de pouvoir

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
14.12.2020 à 14 H 21 • Mis à jour le 14.12.2020 à 14 H 22
Par
Armement

Un troisième avion espion américain destiné à l’armée de l’air marocaine en essais de vol

Alors que les Forces armées marocaines ont obtenu l’accord de l’administration Trump de s’équiper de quatre drones armés de dernière génération, son projet d’incorporer à sa flotte aérienne d’au moins trois avions espions dédiés à la collecte d’informations pour les services de renseignement militaires prend lui aussi forme.


Selon des images prises le 12 décembre et diffusées sur les réseaux sociaux, un Gulfstream G550 était en phase de test à l’aéroport de Savannah (Géorgie-Etats-Unis). C’est l’un trois appareils commandés par le Maroc, le premier étant apparu au début de l’année dans le même aéroport et le deuxième a effectué le premier test en mai 2020, précise le forum spécialisé FAR-Maroc qui rapporte ainsi que « l’armée royale de l’air sera en mesure de posséder une double technologie de pointe de l’armée de l’air face à diverses hostilités, notamment les batteries de défense aérienne les plus sophistiquées ».


Les premières intentions du Maroc d’acquérir des avions de ce type remontent à 2009, lorsque le royaume avait sollicité dans ce sens Washington par le biais de la Defense Security Cooperation Agency des Etats-Unis, rappelle El Espanol. La vente de ces avions au Maroc pour une valeur de 142 millions de dollars, avait été approuvée le 18 mai de la même année.



D’un rayon d’action d’environ 12 000 kilomètres avec un plafond de vol de 15 000 mètres –  le même que les drones de l’armée de l’air – et pouvant atteindre une vitesse de croisière de 900 km/h, les jets Gulfstream G550 destinés à la base à l’aviation d’affaires sont modifiés pour être équipés de matériel d’espionnage fournis par la firme d’armement Raytheon. La firme israélienne Elta Systems, une filiale d’Israel Aerospace Industries (IAI), a été sous-traitée pour ses transformations, assurent plusieurs sources concordantes.


Étant des avions militaires disposant de matériels secrets, les spécifications techniques détaillées des exemplaires promis au Maroc ne sont pas totalement connues. En revanche, en termes de caractéristiques de base, les informations disponibles indiquent que les avions destinés au Maroc disposeront du système ELINT (Electronic Intelligence) dédié à la détection, à la localisation et à l’identification des équipements électroniques ennemis tels que les radars, les systèmes de missiles sol-air ou les aéronefs. Et aussi pour les opérations COMMINT dédiées à l’interception de tout type de communication.


Ainsi équipés, les futurs Gulfsream G550 marocains seront les plus puissants de leur catégorie en Afrique, au même niveau que ceux opérés par les États-Unis et Israël ou Singapour. L’Algérie a également signé un contrat de 1 milliard de dollars avec Rytheon –  approuvé par les États-Unis et payé à hauteur de 70 % –  pour acquérir des G550 modifiés, mais leur livraison n’a pas encore été prévue en raison de retards de formation de leurs pilotes et pour des raisons techniques, avait rapporté Africa Intelligence.


Si nombre de sources estiment que la livraison des avions pour le Maroc est prévue pour 2021, cette information n’a pas non plus été confirmée.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Revenir aux Off
En continu
Plus d'infos en continu