En clair
Toutes les réponses aux questions essentielles de l’actu

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
24.11.2021 à 17 H 23 • Mis à jour le 24.11.2021 à 17 H 24
Par

n°728.Maroc-Israël : Gantz à Rabat, «un signal à la fois aux Etats-Unis et à l’Algérie»

Selon un haut responsable israélien, les Marocains voulaient donner à la visite du ministre israélien de la Défense « un profil public très élevé pour envoyer un signal à la fois aux États-Unis et à l'Algérie ». L’objectif était aussi de constituer « un front unifié dans la région contre l'Iran », a déclaré la même source

Le ministre israélien de la Défense, Benny Gantz a signé mercredi un « accord historique » de coopération en matière de défense avec le Maroc lors de la toute première visite publique dans le pays d’un ministre israélien de la Défense.


Aux côtés de son homologue Abdellatif Loudiyi, il a visité une unité de parachutistes et rencontré de hauts responsables marocains de la défense et du renseignement, dont le chef d’état-major des Forces armées royales (FAR).


Un front unifié contre l’Iran

Selon un haut responsable israélien cité par Axios Tel Aviv, « les Marocains voulaient donner à la visite de Gantz un profil public très élevé pour envoyer un signal à la fois aux États-Unis et à l’Algérie ». « Notre message dans cette visite renforce les accords d’Abraham et construit un front unifié dans la région contre l’Iran », a déclaré le haut responsable israélien.

 

L’administration Biden a jusqu’à présent indiqué qu’elle n’avait pas l’intention de revenir sur la décision prise par l’ancien président Donald Trump reconnaissant la souveraineté du Maroc sur le Sahara Occidental dans le cadre d’un accord tripartite incluant la reprise des relations israélo-marocaines. Cependant, les tensions montent sur cette question entre le Maroc et l’Algérie, qui soutient le Front Polisario.


Gantz a également rencontré le ministre des Affaires étrangères Nasser Bourita, qui est rentré au Maroc mercredi après une visite à Washington au cours de laquelle il a rencontré le secrétaire d’État Antony Blinken.


Le porte-parole du département d’Etat, Ned Price, a déclaré que Blinken et Bourita ont exprimé leur ferme soutien au nouvel envoyé de l’ONU pour le Sahara occidental, Staffan de Mistura, et que Blinken considérait le plan d’autonomie du Maroc pour le territoire comme « sérieux, crédible et réaliste ».


Des systèmes défensifs pour le Maroc

Le nouvel accord de coopération en matière de défense devrait augmenter les ventes d’armes d’Israël au Maroc. Les responsables israéliens disent qu’ils se concentreront principalement sur les systèmes défensifs, assure Axios Tel Aviv. Le Maroc a participé dernièrement au Cybertech israélien organisé à Dubaï et des sources israéliennes ont déjà confirmé que le royaume s’équipera, entre autres, du Skylock Dome développé par une filiale du groupe Avnon.

 

Le mémorandum d’entente signé par Israël et le Maroc dans le domaine de la défense couvre « les échanges d’expériences et d’expertise, le transfert technologique, les formations ainsi que la coopération dans le domaine de l’industrie de défense », a indiqué pour sa part un communiqué de l’état-major des FAR.


« Cette visite s’inscrit dans le cadre des relations de coopération entre le Royaume du Maroc et l’Etat d’Israël, qui ont enregistré des avancées notables depuis la signature sous la présidence de Sa Majesté le Roi, de la déclaration tripartite (Maroc-lsraël-USA) au mois de décembre 2020, consacrant la reprise de leurs relations diplomatiques », a indiqué la même source, ajoutant qu’à cette occasion, « les deux ministres se sont félicités des progrès réalisés dans le domaine de la défense avec la conclusion d’un accord relatif à la protection des informations dans le domaine de la défense et d’un mémorandum d’entente de coopération en matière de cybersécurité  ».

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite