logo du site ledesk
En off
Les confidentiels du monde des affaires et des cercles de pouvoir

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
06.12.2022 à 11 H 42 • Mis à jour le 06.12.2022 à 11 H 42
Par
Energie

Câble électrique Maroc-UK: incertitudes autour de la date de lancement du projet

Le projet d’interconnexion électrique Maroc-UK du Britannique Xlinks, visant à relier la Grande-Bretagne à un immense parc éolien et solaire dans le Sahara au Maroc via un câble sous-marin, a été retardé d'au moins un an, apprend-on du média britannique The Guardian. Ce n'est pas la première fois que le lancement du projet se voit retardé, le management ayant déjà fait état de lenteur.


Selon la source, le report est dû à l’instabilité gouvernementale en Angleterre, ou en d’autres termes « de ruines politiques à Westminster ». Dans ce sens, le président exécutif de l'entreprise Xlinks, Sir Dave Lewis, a averti que « les récentes agitations politiques qui ont vu officier trois premiers ministres en moins de six mois ont bloqué l'essor de ce projet  », rapporte la source.


« Nous avons passé beaucoup de temps avec le secrétaire aux affaires de l'époque, en l'occurrence Kwasi Kwarteng, qui a dit que  nous apprécions beaucoup ce projet, mais cela doit passer par le Trésor. Il y a eu un examen avec le Trésor (…) qui a été très positif », a poursuivi Lewis, ajoutant que « l'entreprise a consulté une seconde fois les entités en question pour mettre en place les soubassements de la tarification, puis le monde politique a éclaté et, du coup, tout s'est arrêté. Tout le monde a changé,  et c'est un peu comme si on recommence à zéro ».


L'entreprise britannique a tenté d'obtenir un « contrat pour la différence », du gouvernement, mais en vain, fait-on savoir.  Il s'agit d'un mécanisme dans lequel les subventions publiques sont utilisées pour offrir aux générateurs à faible émission de carbone, tels que les parcs éoliens, un prix fixe pour l'électricité, détaille la source. Ainsi, « l'arrangement vise à encourager l'investissement en rendant les revenus plus prévisibles », poursuit-elle.


Le projet pour lequel Xlinks a mobilisé une enveloppe financière de 18 milliards de livres sterling, devait commencer à produire de l'électricité à partir de 2027.


Il convient de rappeler que Xlinks cherche à faire fonctionner deux câbles électriques de 1,8 gigawatts entre le Maroc et le Royaume-Uni, ce qui sera le plus long système de câble sous-marin jamais proposé. Autrement dit, elle prévoit d'exploiter pas moins de 3,6 GW de capacité de câble sous-marin de la côte marocaine directement vers le Royaume-Uni, en suivant le plateau continental contournant l'Espagne, le Portugal et la France.


Selon les promoteurs du projet, cela devrait générer de substantielles économies du coût de production d’électricité en comparaison du nucléaire. Dans ce sens, le spécialiste de l’énergie renouvelable allemand a égaiement investit dans le projet Xlinks, comme nous le rapportions en novembre dernier.


Par ailleurs, rappelons qu'en octobre dernier, la présidente de la région de Guelmim-Oued Noun, Mbarka Bouaida, avait fourni des détails supplémentaires quant aux zones devant être couvertes par le projet de Xlinks. Dans des déclarations accordées au média qatari AlJazeera.net, Bouaida précise qu'il est question de la zone d'Al Mahbès, relevant de la province d'Assa-Zag, mais aussi des communes de Lamssid et Chbika, au niveau de la province de Tan Tan.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Revenir aux Off
En continu
Plus d'infos en continu