En off
Les confidentiels sur les cercles de pouvoir

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
23.06.2020 à 17 H 00 • Mis à jour le 23.06.2020 à 19 H 37
Par
Affaires

Hynd Bouhia (Global Nexus) poursuivie en état de liberté provisoire

La procédure pénale reste en cours malgré le retrait des plaintes. La dirigeante de la société de gestion Global Nexus a comparu ce mardi 23 juin devant le procureur du roi près le tribunal de première instance d'Ain Sebaâ, à Casablanca qui a décidé de sa remise en liberté en attendant l'ouverture de son procès fixé au 7 juillet

Hynd Bouhia, dirigeante de la société de gestion Global Nexus, arrêtée le samedi 20 juin pour soupçons d’abus de biens sociaux, abus de confiance et escroquerie, sera finalement poursuivie en état de liberté, apprend Le Desk de source judiciaire.


Les plaignants, le fonds Sefiania et la holding H&A Investment, ont retiré leurs plaintes en fin de semaine dernière, après avoir reçu de la part de Bouhia des chèques certifiés (pour H&A à hauteur d’environ 5 MDH, et un calendrier de remboursement pour une somme à peu près équivalente pour Sefiana), rapportent des sources proches du dossier.


Ces derniers jours, plusieurs personnes s’étaient mobilisées pour lui venir en aide, dont l’homme d’affaires Hicham Aït Menna, coordinateur du RNI à Mohammedia et ami proche de son collègue de parti, Hassan Benomar, administrateur indépendant de Global Nexus dont la société familiale Gest Clean, aujourd’hui au centre d’une affaire de soupçons de gestion abusive à Aïn Sebaâ, avait été sélectionnée par le fonds GNII, mais l’opération n’avait pas abouti, en raison du caractère litigieux du fonds, avait assuré l’entourage de Benomar.


La procédure pénale reste en cours malgré le retrait des plaintes. La dirigeante de la société de gestion Global Nexus a comparu ce mardi 23 juin devant le procureur du roi près le tribunal de première instance d’Ain Sebaâ, à Casablanca qui a décidé de sa remise en liberté provisoire en attendant l’ouverture de son procès fixé au 7 juillet.


L’affaire qui porte sur des « malversations » et des « détournements » de fonds placés par des investisseurs privés et publics dans le fonds Green Innov Invest (GNII), porté par Global Nexus, est toujours sous instruction du parquet.


Selon nos informations, des représentants de la Caisse centrale de garantie (CCG) qui a elle aussi mis au pot, mais qui est demeurée étonnamment silencieuse dans cette affaire, tout comme de la BMCE Bank, en sa qualité de dépositaire du fonds, ont été entendus ce jour-même. L’enquête tente de révéler quels rôles ont pu jouer les deux institutions dans le dossier. Il n’est pas exclu que de nouvelles plaintes visant la CCG et la BMCE Bank soient engagées par les plaignants, est-il indiqué.


Par ailleurs, toutes les entreprises ayant bénéficié des investissements  de GNII ou de marchés liés à Global Nexus, seront entendues dans le cadre des investigations menées sous l’autorité du parquet, notamment celles soupçonnées d’avoir bénéficié de l’entregent de Khalid Zerouali, mari de Hynd Bouhia et wali au ministère de l’Intérieur en charge de la question migratoire, indiquent nos sources. Pour l’une d’elles, des prestations jugées fictives d’un montant de 2,75 MDH avaient été facturées au fonds géré par Global Nexus.


Enfin, l’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) qui avait reçu des saisines entre mars et mai 2019 de la part d’H&A Investment, Sefiania et de l’Institut de recherche en énergie solaire et énergies nouvelles (IRESEN) qui a participé au fonds, mais qui n’avait pas statué sur celles-ci, a elle aussi, reçu une convocation de la part de la PJ de Casablanca pour s’expliquer sur la question.


Pour rappel, l’ex-directrice générale de la Bourse de Casablanca a été arrêtée et interrogée samedi dans la soirée, avant son placement en garde à vue. En décembre 2019, elle a été interdite de quitter le territoire national et avait fait depuis l’objet d’un mandat d’arrêt émis par la police.


Conception: Mohamed Drissi Kamili / LE DESK

Revenir aux Off
En continu
Plus d'infos en continu