En off
Les confidentiels sur les cercles de pouvoir

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
21.11.2018 à 15 H 17 • Mis à jour le 21.11.2018 à 15 H 17
Par
Déballage

Un ex-dealer de stars balance sur la pédophilie au Maroc sous Hassan II

Dans le cadre de la promotion de son livre, Gérard Fauré, l’ancien « dealer de Tout-Paris », comme il se présente dans son livre-mémoires récemment , ne ménage pas le Maroc et les premiers cercles du pouvoir d’antan au micro des « Grandes Gueules » sur RMC. Dans un festival de grosses accusations, sans pour autant fournir de pistes étayées, l’ancien criminel, braqueur de banque, fournisseur de came des stars et figure délavée de la voyoucratie parisienne, libéré après 18 ans de prison, balance sur la pédophilie au Maroc. Pour lui, le tourisme sexuel n’est pas aussi important que l’est « l’esclavage » de plusieurs jeunes par des personnalités du monde politique. Pour asseoir ses propos, il cite le cas d’un ancien magistrat à Tanger, sans donner plus de détails, qui aurait selon lui abusé de plusieurs jeunes.



C’est le père de Gérard Fauré, qui fut médecin au Maroc, qui aurait été appelé à diverses reprises pour soigner les séquelles des abus sexuels chez « les jeunes esclaves sexuels », se rappelle-t-il volontiers. D’autres cas sont cités, comme celui d’un tenancier de bar qui aurait servi d’intermédiaire dans plusieurs affaires de pédophilie, impliquant des personnalités de la monarchie anglaise. Un laisser-aller toléré par les autorités de l’époque qui avait été ponctué par la colère royale de Hassan II, ayant décidé que tout ce beau monde irait en prison.


Dans ses déclarations, Gérard Fauré ne manque pas aussi de s’en prendre à des personnages-clés de la Cour du temps de l’ancien règne, leur reprochant complicité, passivité et même des disparitions. Enfin, Gérard Fauré reprend les accusations portées à l’encontre « d’un grand ministre français » connu pour ses frasques à Marrakech… Avant qu’un journaliste ne le titille : « On attend que les gens meurent (pour en parler) » , remarque à peine voilée aux diverses accusations portées à l’encontre de personnalités françaises aujourd’hui décédées, comme Pierre Berger…

Revenir aux Off
En continu
Plus d'infos en continu