En off
Les confidentiels sur les cercles de pouvoir

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
05.05.2019 à 12 H 23 • Mis à jour le 05.05.2019 à 12 H 25
Par
Lobbying

Assises de la fiscalité: Neila Tazi inscrit la culture au fronton des réformes à venir

« Lorsqu’on parle de sortir de l’informel, de payer l’impôt, de stopper la corruption, c’est une culture, qui repose sur la dimension civique d’un citoyen », a déclaré à PanoraPost, Neila Tazi, présidente de la Fédération des industries culturelles et créatives de la CGEM qui a mené un intense plaidoyer en amont et lors des 3èmes Assises de la fiscalité en faveur d’un secteur vital pour la société, mais oublié : Le département de la culture n’atteignant même pas 1 % du budget général de l’Etat, et dont l’essentiel est dépensé en charges de fonctionnement.



« Elle a fait un travail de lobbying en profondeur et depuis des mois auprès de Omar Faraj et son travail a payé », rapporte une source patronale. Résultat des courses, au chapitre des incitations fiscales figurant dans les recommandations issues des Assises, on peu lire au point 2-5 : « Instituer des mesures de soutien pour le développement de l’industrie de la culture et du monde associatif ».



Un premier pas pour une prise en compte effective de la Culture comme dynamo de l’économie et du développement social, le roi Mohammed VI n’avait pas-t-il insisté dans un de ses récents discours sur la nécessaire inclusion du patrimoine immatériel ? Dommage que sur la longue liste des recommandations de la CGEM, cet aspect avait été marginalisé. Il est cependant désormais inscrit sur les tablettes de la réforme…


Revenir aux Off
En continu
Plus d'infos en continu