En off
Les confidentiels du monde des affaires et des cercles de pouvoir

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
23.06.2017 à 16 H 24 • Mis à jour le 23.06.2017 à 16 H 26
Par
Sahara

Les autorités conciliantes avec « le Polisario de l’intérieur » à cause du Rif ?

Les partisans du Front Polisario ont organisé à Laâyoune un rassemblement public pour commémorer le premier anniversaire de la mort du chef historique du Front Polisario. Aminatou Haidar y a déclamé un discours « à la gloire des martyrs » sous une tente ornée de drapeaux de la « RASD »

Les autorités de Laâyoune ont autorisé, mercredi 20 juin, des partisans du Polisario à organiser un rassemblement pour commémorer le premier anniversaire du décès de Mohamed Abdelaziz, chef historique du mouvement, rapporte le site d’information Yabiladi.

 

En présence d’Aminatou Haidar, l’égérie du mouvement et présidente de la CODESA, qui a repris ses activités dernièrement après une longue période de retrait, plusieurs représentants du « front intérieur » du Polisario se sont succédés à la tribune installée sous une tente en plein air pour rendre hommage au chef du mouvement décédé il y a tout juste un an après une longue maladie. Haidar a prononcé à cette occasion un long discours « à la mémoire des martyrs du Front ».



Les couleurs du Polisario ont été levées durant la cérémonie, tandis qu’une banderole où était inscrite « Laâyoune occupée » a été déployée, sans susciter la moindre réaction des autorités locales, note Yabiladi. Une première, toute référence au Polisario étant systématiquement interdite. Le rassemblement a été organisé sous le slogan de « la fidélité aux martyrs »...



Cette attitude exceptionnellement réservée des autorités tient-elle d’une nouvelle politique à l’égard des partisans du Front dont certains militent désormais au sein de la CODESA, instance reconnue par l’Etat ?


Les événements du Rif, bien qu’à dissocier du contexte qui prévaut au Sahara, auraient aussi poussé les autorités à ne pas laisser se multiplier les foyers de tension, explique-t-on par ailleurs, alors que la presse proche de certains milieux sécuritaires, a accusé le Hirak d’avoir entretenu des liens avec le Polisario, justifiant ainsi des velléités commune de séparatisme.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Revenir aux Off
En continu
Plus d'infos en continu