S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
En off
Les confidentiels du monde des affaires et des cercles de pouvoir

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
19.12.2017 à 09 H 12 • Mis à jour le 19.12.2017 à 12 H 01
Par
Diplomatie

Mohammed VI reporte sa visite en Guinée-Conakry

Plusieurs officiels étaient déjà à pied d’œuvre auprès du président Alpha Condé pour préparer la venue du roi qui s’inscrivait dans le sillage des décisions prises le 16 décembre à Abuja, au Nigéria, lors la 52è session ordinaire de la CEDEAO, à laquelle Mohammed VI n’avait finalement pas participé

Le roi Mohammed VI qui devait entamer ce mardi 19 décembre, une « visite de travail » de quelques jours en Guinée-Conakry a reporté sa visite, selon des sources concordantes consultées par Le Desk. Medias24, qui rapporte par ailleurs l'information, évoque un rendez-vous repoussé au mois de janvier 2018.


En amont de son déplacement, plusieurs officiels étaient déjà à pied d’œuvre surplace pour préparer sa venue qui s’inscrivait dans le sillage des décisions prises le 16 décembre à Abuja, au Nigéria, lors la 52è session ordinaire de l’organisation ouest-africaine, à laquelle le roi Mohammed VI n’avait finalement pas participé.


Un quintet pour décider de l'adhésion du Maroc à la CEDEAO

L’adhésion à part entière du Maroc à la CEDEAO est désormais tributaire « d’un comité (mis en place par le sommet) composé des présidents togolais, ivoirien, ghanéen, guinéen et nigérian pour adopter les termes de références et superviser l’étude approfondie des implications de cette adhésion », annonçait un communiqué sanctionnant ses travaux.


Lire aussi : L’adhésion du Maroc à la CEDEAO reportée aux calendes grecques ?


Le fait que Mohammed VI avait décidé de rendre visite dans la foulée du sommet de la CEDEAO à son allié Alpha Condé était perçu comme un signe que ne trompe pas sur les enjeux difficiles de la candidature marocaine. « C’est dans ce contexte du report sine die de l’adhésion du Maroc à l’organisation régionale que ce déplacement, non encore officialisé, qui devrait justement intervenir au lendemain du 52e Sommet de la CEDEAO à Abuja, doit être lu », analysait à la veille du sommet nigérian une source diplomatique consultée par Le Desk.

 

Une source autorisée avait annoncé à la presse qu’un sommet extraordinaire devrait se tenir courant janvier 2018 en présence du roi et destiné à statuer spécifiquement sur la candidature du Maroc. Cette option n’a pas été évoquée à l’issue du conclave d’Abuja.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Revenir aux Off
En continu
Plus d'infos en continu