En off
Les confidentiels sur les cercles de pouvoir

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
15.10.2018 à 23 H 08 • Mis à jour le 15.10.2018 à 23 H 08
Par
Justice

Affaire Debbouze: Radio Planet réplique à la mise en demeure du cabinet Naciri

L’affaire Debbouze connaît un nouveau rebondissement. Après l’annulation des dates casablancaises du spectacle « Maintenant ou Jamel », prévu les 29 et 30 octobre au complexe Al Amal et l’apparition surprise de l’artiste à Marrakech (et non Casablanca) pour s’excuser à son public lui annonçant de nouveaux rendez-vous pour janvier, c’est au tour du diffuseur Radio Planet de répliquer à la mise en demeure que lui a adressée le cabinet Naciri &  Associés.


Me Chouaib Sihalla, avocat au barreau de Casablanca, agissant pour le compte de Radio Planet, réfute dans un courrier daté du 15 octobre, dont Le Desk a pu consulter le contenu, les allégations d’atteinte à l’image de l’artiste à des fins commerciales, argument avancé par la défense de Jamel Debbouze pour résilier le contrat qui lie sa société de production Kissman Maroc et Radio Planet. Le document explique que les affiches annonçant les spectacles, objet du contentieux n’étaient qu’au stade de projet dont aucune utilisation a été faite à la date de la mise en demeure avec ou sans le consentement de l’artiste.


Par conséquent, Radio Planet estime que cette résiliation est « abusive et non fondée » d’autant qu’elle ne lui a pas été notifiée officiellement, se réservant ainsi tout droit de réclamer des dommages et intérêts pour le préjudice subi.


Contacté par Le Desk, Hakim Chagraoui, patron de Radio Planet, s’interroge sur la célérité de Jamel à annoncer de nouvelles dates (8 au 12 janvier 2019) pour son spectacle alors que « c’est dorénavant à la justice de statuer sur ce litige ». Les déclarations de Jamel au micro de la chaîne 2M dans ce sens sont « hors cadre légal », estime-t-il, et « constitutives d’une pièce à conviction ».


 

Selon nos informations, alors que près de 5 000 tickets avaient été écoulés et dont il sera question de les rembourser à leurs acquéreurs, Jamel a diligenté la société Avant-Scène dont il est actionnaire aux côtés de la spécialiste de l’événementiel Myriam Abikzer, pour réserver une salle du multiplexe Megarama à Casablanca pour au moins trois dates en janvier.


Deux autres dates seraient à l’étude probablement à Rabat et Marrakech. Auparavant, l’artiste aurait sondé le complexe Al Amal qui aurait décliné son offre en raison des risques d’intempéries aux dates choisies, tout comme la salle multisports du complexe sportif Mohammed V qui s’est révélée indisponible.

Revenir aux Off
En continu
Plus d'infos en continu