En off
Les confidentiels sur les cercles de pouvoir

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
08.09.2019 à 11 H 13 • Mis à jour le 08.09.2019 à 12 H 13
Par
Patronat

Nicolas Sarkozy confirme sa venue à l’Université d’Eté de la CGEM

L’ancien président français sera l’invité-vedette de la seconde édition de l’Université d’Eté de la CGEM les 13 et 14 septembre à Casablanca. Une présence finalement permise par Rabat et négociée en amont par Salaheddine Mezouar grâce à l’entregent de l’avocate pénaliste Jacqueline Laffont qui défend Nicolas Sarkozy dans l’affaire des écoutes et pour laquelle il sera jugé pour corruption

Nicolas Sarkozy « qui avait pris le temps de la réflexion et organiser son agenda », a selon nos sources, validé officiellement sa présence en guest star de la 2ème Université d’Eté de la CGEM qui se tiendra du 13 au 14 septembre au campus de l’ISCAE de Casablanca.


Salaheddine Mezouar avait pour cela mouillé personnellement la chemise jusqu’aux bords de Seine pour obtenir la présence de l’ancien président français.


L’information sur la venue de Sarkozy avait cependant été fuitée au 360.ma, mais demeurait à ce stade encore incertaine dans l’attente de la confirmation de Sarkozy, mais aussi d’un feu vert de Rabat.


Le président de la CGEM s’était jusqu’ici montré d’ailleurs très confiant sur ce « coup marketing » assurant en petit comité qu’une personnalité importante allait rehausser le panel des invités de marque de l’Université d’Eté consacrée pour cette seconde édition au « nouveau modèle de développement ».


Toujours selon nos sources, c’est avec l’avocate pénaliste Jacqueline Laffont, 58 ans, qui assure, en binôme avec son mari Pierre Haïk, la défense de Nicolas Sarkozy dans l’affaire des écoutes téléphoniques dans laquelle il sera jugé pour corruption, qu’a discrètement pris langue Mezouar pour le convaincre, alors que l’ancien président fait face par ailleurs à de nouvelles révélations de Mediapart sur le financement supposé de sa campagne par la Libye de Kadhafi en 2007.


Réputée « grande méthodique », Laffont est régulièrement placé en haut du classement annuel du magazine GQ des « avocats les plus puissants » de France (14e en 2018, 6e en 2017). Elle est connue pour avoir eu à défendre plusieurs grands dossiers politico-judiciaires dont l’affaire Elf, Bettencourt, celle des emplois fictifs à la mairie de Paris ou encore, plus récemment, le dossier d’Alexandre Benalla dans l’enquête judiciaire sur les violences du 1er-Mai et la fuite d’images de vidéosurveillance de la Préfecture de police de Paris.

Revenir aux Off
En continu
Plus d'infos en continu