logo du site ledesk
En off
Les confidentiels du monde des affaires et des cercles de pouvoir

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
26.08.2022 à 02 H 28 • Mis à jour le 26.08.2022 à 02 H 28
Par
Sécurité alimentaire

L’Europe forcée de se tourner vers OCP pour subvenir à ses besoins en fertilisants

« L'une des rares alternatives viables aux engrais russes est le Maroc, qui représente déjà 40 % des importations européennes de phosphate » a déclaré Jacob Hansen, directeur général de Fertilizers Europe, à la presse européenne, dans le contexte de la « guerre des engrais » consécutif à celle menée par Moscou contre Kiev.


« Le gaz est une matière première majeure pour la production d'engrais, et l'Europe importe près de 40 % de ces derniers de Russie (…) Poutine joue avec le gaz, et cela a conduit à des prix très élevés des engrais, et sans eux, nous n'avons pas de sécurité alimentaire », a ajouté Hansen.


Cela laisse les États européens face à des choix difficiles et potentiellement limités quant à la manière d'assurer leur sécurité alimentaire, en particulier à l'approche de l'hiver.


Les engrais minéraux sont utilisés pour 50 % de la production alimentaire en Europe.


« Un tiers de nos importations d'ammoniac, qui est un engrais très basique, ainsi que le phosphate et la potasse, viennent de Russie ». Globalement, « 60 % des engrais importés proviennent de Russie et de Biélorussie », a-t-il déclaré.


Le phosphate et la potasse ou le chlorure de potassium sont deux des trois principaux nutriments chimiques utilisés dans les engrais commerciaux, l'autre étant l'azote.


Les engrais russes ne sont pas directement visés par les sanctions occidentales, mais leur exportation vers le reste du monde est dans une certaine mesure affectée par les mesures restrictives, les compagnies maritimes et d'assurance surfacturant les primes élevées pour prendre le risque des expéditions.


D'autre part, l'UE a interdit toutes les importations en provenance de Biélorussie de potasse, qui est largement déficiente en Europe, dans son sixième paquet de sanctions présenté en mars dernier


L'UE a interdit toutes les importations en provenance de Biélorussie de potasse, un engrais important qui fait largement défaut en Europe, dans une mesure qui exerce une pression supplémentaire sur le secteur agricole déjà aux prises avec une hausse des prix des intrants qui pourraient augmenter considérablement dans les mois et les années à venir.


Au cours du premier trimestre 2022, le groupe OCP a enregistré un chiffre d'affaires de 24 milliards d'euros - en hausse de 77 % par rapport à l'année dernière, sur la même période, et sa production pourrait augmenter de 50 % au cours des quatre prochaines années.


Reste que le Maroc a pour le moment priorisé la livraison d’engrais aux pays partenaires d’Afrique subsaharienne et à certains pays latino-américains dans une logique de « diplomatie économique ». Quant à certains « alliés traditionnels ou nouveaux » européens, ceux-ci ont été avisés par le discours royal du 20 Août à propos de leur « indécision » ou « ambigüité » sur la question « cruciale » du Sahara…

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Revenir aux Off
En continu
Plus d'infos en continu