En off
Les confidentiels sur les cercles de pouvoir

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
21.03.2017 à 17 H 25 • Mis à jour le 21.03.2017 à 17 H 25
Par
Union africaine

Le Maroc boycotte le Conseil de paix et de sécurité présidé par l’Algérien Smaïl Chergui

La réunion du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine (CPS) présidée le 20 mars par l’Algérien Smaïl Chergui –  celui-là même qui avait refusé de saluer le roi Mohammed VI lors de son discours au siège de l’instance panafricaine à Addis Abeba, a été l’occasion pour les adversaires du Maroc (Algérie, Afrique du Sud et l’Envoyé spécial de l’UA au Sahara, Joaquim Chissano) de donner libre cours aux positions du Polisario représenté en force par Mohamed Salem Ould Salek (Affaires étrangères) et par Hamdi al-Khalil Meyara (Affaires africaines). La session s’est transformée en véritable réquisitoire contre le Maroc accusé de “pays colonisateur” . Le Maroc n’a pas jugé nécessaire de se faire représenter lors de cette réunion“improductive et à sens unique” , estime une source diplomatique marocaine consultée par Le Desk, qui ajoute que le dossier du Sahara est entre les mains de l’ONU. Si le CPS a requis que la mission de la Minurso soit renouvelée d’un an, son monitoring des droits de l’Homme n’a pas été abordé. Depuis l’expulsion de la mission onusienne par Rabat il y a un an, 16 de ses membres n’ont pas retrouvé leur poste.


Revenir aux Off
En continu
Plus d'infos en continu