logo du site ledesk
En off
Les confidentiels du monde des affaires et des cercles de pouvoir

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
21.12.2022 à 18 H 18 • Mis à jour le 22.12.2022 à 07 H 24
Par
Récidive

L’ex-eurodéputé Bové déterre une « vieille rancœur » contre Akhannouch pour laquelle il avait déjà été condamné en France

L’ancien eurodéputé français écolo José Bové, qui s’était fait connaitre dans l’Hexagone pour avoir tenté de démanteler un McDo s’est invité dans la polémique qui agite le Parlement européen en réchauffant les plats d’une vieille querelle avec le Maroc pour laquelle pourtant la justice de son pays l’avait renvoyé dans les cordes.


Il y a quelques jours, au micro de France Inter qui pensait tenir un scoop, Bové a assuré avoir été « victime d'une tentative de corruption » quand il « était rapporteur de la Commission du Commerce extérieur entre 2009-2014 », ajoutant que Aziz Akhannouch, alors ministre en charge de l’agriculture ne « supportait pas » son opposition aux accords commerciaux Maroc-UE et lui avait ainsi proposé « un cadeau » à Montpellier « dans un café qui soit discret ».


 

Sauf que ces accusations « anciennes et infondées », selon Me Olivier Baratelli, avocat d’Akhannouch « ont déjà fait l’objet d’une condamnation définitive par la 17e Chambre correctionnelle de TGI de Paris le 16 octobre 2018 ». On se rappelle en effet, que Bové les avait formulées une première fois à l’époque dans L’Obs et que lui et l’hebdomadaire parisien avaient été contraints par voie de justice de publier un démenti qui « rétablit des contres vérités ».


« C’est une mise en cause scandaleuse de son honneur et de son honnêteté », a aujourd’hui déclaré l'avocat du Chef du gouvernement : son client a déposé trois nouvelles plaintes, avec constitution de partie civile pour diffamation, apprend-on de sources judiciaires.


Selon une des plaintes d’Akhannouch, consultée par l’AFP, ce sont des « accusations mensongères inadmissibles », qui ne sont « que le reflet d’une vieille rancœur » de José Bové. « Jose Bové essaye visiblement et malhonnêtement de profiter de l’actualité judiciaire concernant le Parlement européen, pour ressortir de vieilles histoires sans fondement », selon Me Baratelli. « Le Premier ministre marocain est extrêmement choqué des accusations sans fondement proférées par José Bové », a ajouté l’avocat à France Info.


Il est croustillant aussi de constater que L’Obs - qui reprend la dépêche AFP sur la sortie de Bové et la réplique d’Akhannouch - est oublieux de son acte de contrition de 2015.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Revenir aux Off
En continu
Plus d'infos en continu