S'abonner
Se connecter
logo du site ledesk
En off
Les confidentiels du monde des affaires et des cercles de pouvoir

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
24.08.2023 à 11 H 39 • Mis à jour le 24.08.2023 à 11 H 47
Par
Automobile

Survivante d’un ouragan, la Ferrari de Mohammed V vendue aux enchères à 1,6 M$

La Ferrari 250 GT de 1956, qui appartenait au roi Mohammed V retrouvée au cours de cette année, non loin du mythique circuit d’Indianapolis aux Etats-Unis, vient d’être vendue aux enchères.


La vente a été scellée pour 1,6 million de dollars. La voiture de collection, a donc été vendue plus chère que des modèles similaires, en bien meilleur état. L’histoire derrière le véhicule ayant appartenu à Mohammed V, et quelques détails de la carrosserie et de la motorisation encore bien visibles ont clairement fait monter les enchères.


Le véhicule a été retrouvé dans une grange contenant environ 20 Ferrari rares. Une collection sauvée des eaux, à cause notamment de l’ouragan Charlet qui avait ravagé de nombreuses régions du centre-sud de la Floride en 2004.


La maison de vente aux enchères RM Sotheby’s qui a annoncé la vente de la 250 GT, la décrit comme la dernière des quatre coupés ayant bénéficié de la carrosserie de style Superamerica de Pinin Farina, et l’une des trois construites sans ouïes d’aile.


Son châssis numéro 0469 GT, est revêtu d’une livrée bicolore, avec une carrosserie Celeste parfaitement couverte par un toit Nero, alors que l’intérieur était tout en cuir Naturale par Connolly.


Après avoir été achevée en août 1956, la Ferrari fut livrée à son premier propriétaire, le roi Mohammed V.


Néanmoins, on ne sait pas actuellement si le Sultan a été le seul propriétaire marocain du 0469 GT, bien que la voiture continue à arborer une plaque d'immatriculation arrière en arabe et qu'elle soit documentée avec une immatriculation marocaine d'époque. Au début des années 1960, la Ferrari avait été exportée aux États-Unis et en juillet 1962, elle avait été immatriculée au nom de Ben Pace. Douze ans plus tard, Pace avait vendu la 250 GT au collectionneur Walter Medlin, où elle était restée pendant près de 50 ans.


D'un autre côté, la presse panafricaine extrapole cette vente aux enchères d'un véhicule ayant appartenu à Mohammed V. Alors que le nom de l'acheteur n'a pas été révélé, des sites d'informations réputés d'être proches du renseignement militaire algérien, parlent d'un potentiel acquéreur algérien, qui voudrait en faire un « trophée de guerre » dans le contexte de tensions entre les deux pays.


En attendant, cette unique 250 GT devrait faire un grand retour dans le cercle des Ferrari de collection, annonce le site spécialisé RM Sotheby's. Si elle bénéficie d'une restauration complète par un propriétaire attentionné, le 0469 GT pourrait être admiré lors de grands concours d'élégance et d'événements associés à la marque. Car l'extérieur richement patiné semble conserver la combinaison de couleurs d'usine d'origine et pourrait même arborer la peinture d'origine, une rareté vu la condition dans laquelle le véhicule a été retrouvé.


Cette condition authentique recherchée par les collectionneur est complétée par la présence de nombreux composants d'origine, notamment des roues à rayons, des badges Pinin Farina, des lampes Marchal, des jauges Veglia et même une boîte à outils en bois.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Revenir aux Off
En continu
Plus d'infos en continu