Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
08.11.2020 à 12 H 17 • Mis à jour le 08.11.2020 à 12 H 18
Par La rédaction

Futur cabinet de Joe Biden: les favoris dont Chris Coons au Département d’État

D’après des sources médiatiques américaines, le nouveau président-élu devra choisir sa nouvelle équipe durant les prochains jours, sans que toutefois celle-ci ne soit annoncée de sitôt, indique-t-on. Dans cet exercice de nomination à des postes-clés de l’administration Biden, le nouveau chef de l’État devra prendre en considération l’avis des Démocrates de son parti mais aussi des Républicains.


Sur la base d’interviews avec des collaborateurs de Biden, des proches mais aussi des lobbyistes,  Politico a dressé une première liste de favoris pour occuper les postes-clés de l’administration.


À la Défense,Michèle Flournoy fait figure de favorite, ayant été  sous-secrétaire à la Défense lors du premier mandat de Barack Obama. L’ancienne militaire Tammy Duckworth, en plus du sénateur et capitaine de l’armée Jack Reed, sont également présentés comme potentiels candidats au poste.


Mais c’est le Département d’État qui demeure le plus convoité : le choix du remplaçant de Mike Pompeo est crucial, d’autant plus que plusieurs observateurs attendent de voir si Joe Biden  poursuivra ou pas le chemin tracé par Trump au Proche-Orient notamment.  Trois noms circulent pour diriger la diplomatie américaine : Susan Rice, Antony Blinken et enfin Chris Coons.


Même si la première a suffisamment d’expérience pour ce poste, Politico relève qu’une forte opposition républicaine pourrait mettre à mal ses chances, lui reprochant ses propos après le meurtre en 2012 de l’ambassadeur américain à Benghazi en Libye. Pour cela, d’autres noms sont mis en avant, dont notamment celui de Chris Coons, qu’on présente comme déjà intéressé par la fonction. Celui-ci est connu pour être un ami de longue date de Joe Biden, comme l’indique l’intéressé sur son profil Twitter, faisant valoir une amitié de plus de 30 ans. « Je suis prêt à travailler avec le président-élu Joe Biden et la vice-présidente-élue Kamala Harris pour faire avancer notre pays », a-t-il fait savoir.



Fin juillet, le sénateur s’était fait remarquer au Maroc, en apportant son soutien au journaliste Omar Radi. Dans un tweet, il avait fait part de ses préoccupations par les interrogatoires en cours et la récente arrestation du journaliste, visé en raison de son travail.

En continu
Plus d'infos en continu