Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
22.03.2020 à 23 H 16 • Mis à jour le 22.03.2020 à 23 H 16
Par La rédaction

La chloroquine, un espoir dans la lutte contre le Coronavirus

Représentant depuis peu un espoir dans la lutte contre le Covid-19, la chloroquine, un antipaludique voit son application testée dans de nombreux pays. En Afrique, la Tunisie teste dès à présent le traitement. Quant au Sénégal, Bénin, Cameroun et Burkina Faso, ces derniers connaissent une ruée vers le marché de l’informel. Dans l’hémisphère nord, les Etats-Unis comptent suivre le mouvement.


Donald Trump a annoncé que l’organisme fédéral chargé de la sécurité alimentaire et sanitaire travaille « très dur » pour l’autoriser. Dans une conférence de presse vendredi 20 mars à la Maison Blanche, le président américain a fait part de son grand intérêt pour la chloroquine, et appelle les laboratoires américains à développer le médicament une fois autorisé : « C’est un traitement fort –  c’est un médicament puissant… Je pense que, sans trop m’avancer, je suis probablement le plus enthousiaste, –  peut-être plus que qui que ce soit. Nous verrons ce qui se passe… », a dit le président américain. « C’est juste un sentiment. Je suis quelqu’un d’intelligent. Je le sens bien. Et nous allons voir. »


Pourtant c’est en France, pays du chercheur Didier Raoult qui a testé et révélé les effets positifs de la chloroquine contre le Covid-19, que l’usage de la molécule est par ailleurs le plus critiqué. Fin février déjà, le professeur annonçait une « fin de partie » contre le Coronavirus dans une vidéo affirmant que la molécule utilisée en traitement contre le paludisme est aussi efficace contre la pandémie de virus qui touche la planète.


Didier Raoult (sur la photo), spécialiste des maladies infectieuses, à la tête de l’Institut hospitalo-universitaire Méditerranée Infection à Marseille, chercheur renommé et plusieurs fois primé, a mené un essai clinique sur 24 patients atteints du virus, les résultats indiquent que seulement 25 % d’entre eux ne présentaient des symptômes après 6 jours. Après moult rebondissements, l’éminent chercheur est enfin reconnu pour sa découverte, il rejoint l’essai clinique nommé « Discovery » qui a démarré ce dimanche 22 mars dans plusieurs centres hospitaliers universitaires (CHU), à Paris, Lyon, Nantes et Lille.



SUIVEZ NOTRE LIVE SUR LA CRISE DU CORONAVIRUS AU MAROC ET DANS LE MONDE >                    >                    >                    >                     ICI

En continu
Plus d'infos en continu