logo du site ledesk
En off
Les confidentiels du monde des affaires et des cercles de pouvoir

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
22.10.2022 à 11 H 13 • Mis à jour le 22.10.2022 à 11 H 32
Par
Diplomatie

Sahara: Washington exige des concessions de toutes les parties

Dans une note diffusée ce vendredi soir, la diplomatie américaine annonce que la sous-secrétaire d'État, Wendy Sherman, a rencontré l’envoyé spécial du secrétaire général des Nations Unies, Staffan de Mistura afin de discuter de « l'importance pour toutes les parties concernées d'élargir leurs positions afin de parvenir à une résolution durable et digne du conflit ».


La responsable américaine a souligné par ailleurs « le plein soutien des États-Unis aux efforts de de Mistura pour faire progresser le processus politique en cours de l'ONU pour le Sahara occidental ».


Fait à souligner, cette entrevue intervient le jour même de la présentation par Washington de son projet de résolution sur le Sahara devant être discuté en coulisses à l'ONU la semaine prochaine. Le texte final qui émergera de la dernière ligne droite des tractations au sein du groupe des « Amis du Sahara Occidental » (Etats-Unis, Grande-Bretagne, France, Russie, Espagne) devra être soumis au vote du Conseil de sécurité le 27 octobre.


Le fait que le porte-parole du Département d’Etat, Ned Price rende public ce soutien affiché au diplomate italo-suédois vient d’abord compenser l’échec évident de sa tournée régionale n’ayant pas réussi à faire bouger les lignes : Alger a rompu ses relations diplomatiques avec Rabat et soutient ostensiblement le Front Polisario sur le chemin de la guerre tout en refusant catégoriquement de prendre part à l’éventuelle reprise des tables rondes sous l’égide de l’ONU.


Cette note du département d’Antony Blinken synthétise la posture américaine à la veille du vote au Conseil de sécurité : l’Algérie se doit de revenir à la table des négociations car partie prenante du conflit régional et le Polisario cesser ses harcèlements armés et acquiescer de nouveau au principe du cessez-le feu.


La note fait aussi référence à un nouveau vocabulaire introduit par la diplomatie américaine dont les éléments de langage figurent sur son projet de résolution. Il s’agit désormais de rechercher une issue « durable et digne » au conflit qui prend aussi en compte « la qualité de vie » des Sahraouis.


En clair, en finir avec la situation humanitaire déplorable dans les camps de Tindouf, ce qui à l’inverse favorise la position du Maroc qui propose une autonomie sous sa souveraineté et qui met régulièrement en avant les avancées socio-économiques notables dans la partie du territoire qu’il administre, notamment à Laâyoune, chef-lieu du Sahara Occidental et Dakhla.


Cela, d'autant plus que l'appel américain à faire des concessions de la part de toutes les parties trouvera bon écho du côté de Rabat, où la marge de manœuvre, avec un projet d'autonomie à géométrie variable, demeure bien large, au contraire de la partie adverse, constituée de l'Algérie et du Polisario, qui demeure campée sur une exigence d’indépendance par voie référendaire.

©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Revenir aux Off
En continu
Plus d'infos en continu