En off
Les confidentiels du monde des affaires et des cercles de pouvoir

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
06.05.2021 à 11 H 19 • Mis à jour le 06.05.2021 à 11 H 32
Par
Sahara

Bourita face à l’AIPAC: « l’Iran a menacé l’intégrité territoriale du Maroc en soutenant le Polisario »

Le chef de la diplomatie marocaine, Nasser Bourita, s’est exprimé ce 5 mai dans une interview accordée au lobby américain pro-Israël, l’Americain Israel Public Affaires Committee (AIPAC), revenant sur la place de la communauté juive au Maroc, la composante hébraïque du Royaume aussi les relations entre le Maroc et les États-Unis d’Amérique. Sujet préféré de Nasser Bourita : l’Iran n’a pas été épargné dans l’entretien avec AIPAC.


D’emblée, le ministre des Affaires étrangères affirme que « la communauté juive et le Maroc n’ont pas à être dissociés, ils ne font qu’un », précise-t-il, rappelant que « nous sommes le seul pays musulman et arabe dont la constitution reconnaît la composante hébraïque du Maroc ». Au sujet de la relation avec Israël, Bourita s’est dit espérer voir bientôt l’État hébreu et le Maroc « échanger des visites à haut niveau ». Dans son intervention, il est également rappelé la position historique du Maroc par rapport au conflit israélo-palestinien : « le Maroc est contre tous ceux qui défient et qui sont contre l’existence d’Israël. Le Maroc était même contre durant les années 80, Hassan II était plutôt clair à Fès en 1981 (Sommet de la ligue Arabe  ndlr) », déclare l’interviewé.


Le Maroc est contre tous ceux qui défient l’idée de l’existence d’Israël. Le Maroc était même contre dans les années 80, Hassan II était clair à Fès en 1981. LEs relations normalisées avec Israël peuvent être un moyen pour la paix.


L’interview durant près de 14 minutes, Nasser Bourita a également abordé son thème de prédilection : l’Iran et les menaces qu’il dit que ce pays représente. « Nous avons besoin de coordonner et travailler en tant qu’alliés pour faire face à ces menaces », répond l’interlocuteur de l’AIPAC questionné sur ce sujet, ajoutant : « les gens savent pour les activités nucléaires iraniennes, mais ils doivent aussi savoir que l’Iran est actif par le biais de “mandataires”  (proxies en anglais) pour déstabiliser l’Afrique du nord et l’Afrique de l’Ouest », précise le patron de la diplomatie.


Pour renchérir : « l’Iran a menacé l’intégrité territoriale du Maroc et sa sécurité en soutenant le Polisario, en lui fournissant des armes et entraînant ses milices pour nous attaquer ». Quant à l’Afrique de l’Ouest, Bourita précise que l’Iran utilise le Hezbollah pour sa propagande. « Aujourd’hui, nous demeurons vigilants face aux menaces que représente l’Iran pour notre sécurité. La cause du Sahara est cruciale pour le Maroc, l’intégrité territoriale est clé de la stabilité du pays », indique-t-il, pour poursuivre : « tous ceux qui veulent déstabiliser le Maroc utilisent le Sahara comme un moyen. L’Iran, le Hezbollah et le Polisario font la même chose. C’est pour ça que c’est très important de faire attention à ce que l’Iran fait avec son programme nucléaire ». Les alliés des États-Unis dans la région sont également mentionnés, Bourita appelant à faire attention à ce que fait l’Iran à ce niveau… 


Ce n’est pas la première fois que le Maroc a recours à la carte de l’Iran pour défendre sa cause du Sahara : comme nous le décryptions ici, les ambitions iraniennes en Afrique sont exploitées par Rabat pour plaire à Washington. Ce moyen est utilisé à l’adresse de Joe Biden mais aussi de son diplomate en chef Antony Blinken, afin de les faire rallier à la question du Sahara. Autant de moyens déployés par le Maroc, dont l’évènement retentissant avait été l’accusation porté par le Royaume contre l’Iran, en 2018, de fournir des armes au Polisaria via le Hezbollah. Une accusation justifiant la rupture diplomatique avec Téhéran, d’après ce que Nasser Bourita avait pu déclarer au Breitbart israélien… 



©️ Copyright Pulse Media. Tous droits réservés.
Reproduction et diffusions interdites (photocopies, intranet, web, messageries, newsletters, outils de veille) sans autorisation écrite
Revenir aux Off
En continu
Plus d'infos en continu