En off
Les confidentiels sur les cercles de pouvoir

Connectez-vous

Mot de passe oublié ?

Abonnez-vous !

Découvrez l'offre de lancement du Desk

60 DH
1 mois
Découvrir les offres
28.05.2019 à 22 H 54 • Mis à jour le 28.05.2019 à 23 H 54
Par
Diplomatie

Rabat communique à minima sur les pourparlers Kushner-Mohammed VI

Le Souverain a eu des entretiens avec Jared Kushner qui ont porté sur "le renforcement du partenariat stratégique ancien, solide et multidimensionnel entre le Maroc et les Etats-Unis, ainsi que sur les évolutions et développements que connait la région de l'Afrique du Nord et du Moyen Orient", s'est contentée de rapporter l'agence officielle MAP

Le gendre et conseiller principal du président Donald Trump, Jared Kushner est arrivé ce 28 mai au Maroc afin de rechercher l’appui du roi Mohammed VI pour le volet économique du plan de paix toujours secret de l’administration Trump pour Israël et la Palestine.


La délégation devait rencontrer le Souverain pour discuter de la participation du royaume à un atelier économique prévu le mois prochain à Bahreïn dans le but de collecter des fonds pour les investissements et les infrastructures en territoire palestinien, ce que la Maison Blanche a décrit comme la première phase du « Deal du siècle » parrainé par Washington.


Aucune déclaration officielle sur les détails de la visite n’a été publiée par Rabat. Des images diffusées par la télévision d’Etat ont cependant montré Kushner attablé avec le Souverain pour l’Iftar.


Le Roi Mohammed VI, accompagné du Prince Héritier Moulay El Hassan, a offert, mardi, en la Résidence Royale à Salé, un iftar en l’honneur de Jared Kushner, Conseiller principal du Président des Etats-Unis d’Amérique, qui effectue une visite au Maroc, a annoncé pour sa part une dépêche MAP.


Auparavant, le Souverain a eu des entretiens avec Jared Kushner qui ont porté sur le renforcement du partenariat stratégique ancien, solide et multidimensionnel entre le Maroc et les Etats-Unis, ainsi que sur les évolutions et développements que connait la région de l’Afrique du Nord et du Moyen Orient, s’est borné à relayer l’agence officielle.


Ont pris part à cet iftar, du côté américain, Jason Greenblatt, représentant spécial pour les négociations internationales, et du côté marocain, le Conseiller du Roi, Fouad Ali El Himma, et le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita.


L’administration Trump redouble d’efforts pour renforcer le soutien de ce plan, alors que les architectes de la proposition ont entamé cette semaine une tournée au Moyen-Orient visant à convaincre les pays arabes encore inquiets et réticents.


Un responsable de la Maison Blanche a déclaré mardi que le voyage « faisait partie de nos efforts en cours pour parvenir à la paix entre Israël et les Palestiniens », mais n’a pas livré non plus plus de précisions sur le contenu précis des pourparlers. L’administration souhaite obtenir le soutien des membres de la Ligue arabe sur lesquels le plan reposera fortement sur l’appui économique et politique.


Kushner, le représentant spécial de Trump pour les négociations internationales, Jason Greenblatt, et l’envoyé spécial américain pour l’Iran, Brian Hook, se rendront également en Jordanie et en Israël dans le cadre de leur voyage.


Les Palestiniens, qui ont coupé tout contact avec le gouvernement Trump et ont rejeté le plan de paix sans précédent, demandent instamment à leurs compatriotes arabes d’éviter l’atelier économique de Bahreïn qui se tiendra les 25 et 26 juin. Bahreïn, l’Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et le Qatar ont tous manifesté leur intention d’y participer.


Le Maroc et la Jordanie n’ont encore annoncé aucune position publique sur le plan de paix ou la réunion de Bahreïn. « Les deux ont des liens étroits avec les dirigeants palestiniens et peuvent craindre le mécontentement public s’ils souscrivent au plan », estime l’agence AP.


La chaîne de télévision Al Hurra, soutenue par les États-Unis, a déclaré à l’ambassade de Washington à Amman que la tournée débutait lundi et se terminait vendredi.


Prévue pour les 25 et 26 juin, la conférence de Manama serait présidée par Kushner et Greenblatt.


Sur la base de fuites dans les médias, le plan Kushner appellera les Palestiniens à faire d’importantes concessions à Israël concernant le statut de Jérusalem et le droit des réfugiés palestiniens de regagner leurs foyers dans la Palestine historique.

Revenir aux Off
En continu
Plus d'infos en continu